Soutien du CHRU de Lille aux hôpitaux de Bucarest après l’incendie d’une discothèque

Le 30 octobre 2015, un incendie meurtrier survenu dans une discothèque de Bucarest causait près de 50 décès et plus de 150 blessés. Partenaire de la Roumanie, le CHRU de Lille a adressé un message de solidarité aux hôpitaux de Bucarest et assisté les équipes dans leur prise en charge. Un soutien sur fond de coopération franco-roumaine. Explications...

Le 30 octobre 2015, un incendie meurtrier survenu dans une discothèque de Bucarest causait près de 50 décès et plus de 150 blessés. Partenaire de la Roumanie, le CHRU de Lille a adressé un message de solidarité aux hôpitaux de Bucarest et assisté les équipes dans leur prise en charge.  Un soutien  sur fond de coopération franco-roumaine. Explications…
Deux  jours après le drame,  une délégation de représentants du Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des femmes et de la Société Française d’Etude et de Traitement des Brûlures (SFETB) et du Centre de Traitement des Brûlés du CHRU de Lille s’est rendue en Roumanie pour une première évaluation technique de la conception et création de ces unités spécialisées dans le traitement des brûlés. Prévu de longue date, ce voyage s’est déroulé du 1er au 6 novembre 2015 faisait suite à la visite d’une délégation Roumaine au Centre de Traitement des Brûlés du CHRU de Lille. Le hasard a voulu qu’il coïncide avec le drame qui frappait la capitale roumaine.
 
Pendant leur séjour à Bucarest,  les membres de la Délégation Française ont pu mesurer l’importance de la mission d’appui engagée autour de la prise en charge des patients brûlés et de la création de nouveaux centres spécialisés.  Pour exprimer la solidarité de la délégation française avec les professionnels de santé roumains impliqués dans la prise en charge des nombreuses victimes, la SFETB soutenue par l’Ambassade de France, a lancé une chaine de solidarité auprès des spécialistes médicaux français pour partager leur expertise avec leurs collègues roumains à Bucarest. 
Pour conforter cet engagement auprès des hôpitaux de Roumanie et assister les équipes dans les soins dispensés aux nombreuses victimes de l’incendie, le Dr de Broucker, chef de service au Centre des Brûlés du CHRU de Lille se rendra à nouveau à Bucarest du 15 au 19 novembre 2015.
Le partenariat avec la Roumanie sur le traitement de la grande brûlure s’inscrit dans le cadre de son rayonnement international. Fort de son expertise dans cette discipline, le CHRU de Lille participe aux côtés du Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des femmes et de la SFETB à un projet de création de plusieurs centres régionaux spécialisés dans le traitement de la grande brûlure en Roumanie.

Cette coopération franco-roumaine vise notamment à  définir le cadre réglementaire  en matière d’architecture, de conditions techniques de fonctionnement et de d’organisation des soins  pour ces centres très spécialisés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.