Sport et collection : 20 ans de mécénat contre le cancer

Vendredi 6, samedi 7 et dimanche 8 juin 2014, le circuit du Val-de-Vienne au Vigeant (86) va à nouveau vrombir sous les accélérations des plus puissantes cylindrées du monde. 500 Ferrari, Maserati, Aston-Martin et Jaguar vont éblouir les passionnés de GT, de supercars, de sport-prototypes Le Mans et les F1... plus de 15 000 spectateurs sont attendus pour des baptêmes et tours de pistes.

Vendredi 6, samedi 7 et dimanche 8 juin 2014, le circuit du Val-de-Vienne au Vigeant (86) va à nouveau vrombir sous les accélérations des plus puissantes cylindrées du monde. 500 Ferrari, Maserati, Aston-Martin et Jaguar vont éblouir les passionnés de GT, de supercars, de sport-prototypes Le Mans et les F1… plus de 15 000 spectateurs sont attendus pour des baptêmes et tours de pistes.

Les bénéfices de la manifestation financeront la recherche contre le cancer menée au CHU de Poities. Déjà 2 800 000 euros ont été réunis. Une fierté pour les organisateurs qui visent un objectif de don cumulé de 3 millions d’euros pour ce 20ème anniversaire !
Les dons financeront 7 projets de recherche et l’achat d’équipements 
• une thèse sur un an, pour le projet « Sensibilisation des cellules tumorales aux chimiothérapies vectorisées » du Dr Jonathan Clarhaut.
• des consommables et des réactifs de laboratoire, pour le projet « Etude de l’implication de l’Oncostatine M dans la genèse et l’évolution des carcinomes épidermoïdes cutanés » du
Dr  Vincent Huguier et du Pr Jean-Claude Lecron.
• des frais d’équipement de l’animalerie, pour le projet « Place des facteurs extrinsèques dans la leucémie myéloïde chronique : modélisation en situation expérimentale et nouvelles stratégies thérapeutiques » d’André Herbelin.
• un mi-temps d’attaché de recherche clinique sur un an, pour le projet « Suivi et gestion des essais cliniques en oncologie médicale » du Pr Jean-Marc Tourani.
• un mi-temps d’attaché de recherche clinique sur un an, pour le projet « Suivi et gestion des essais cliniques en oncologie pédiatrique » du Dr Frédéric Millot.
• des frais de fonctionnement et d’un équivalent temps plein de technicien sur un an, pour le projet « Etude des facteurs pronostiques moléculaires et immunohistochimiques dans les cancers colorectaux avec instabilité microsatellitaire » du Dr David Tougeron.
•  l’acquisition d’un traceur, des frais de fonctionnement et d’un mi-temps d’ingénieur sur un an, pour le projet « Imagerie multimodale pour prédire la réponse à la radiothérapie des glioblastomes opérés afin d’optimiser la planification en radiothérapie » du Dr Catherine Cheze-Le-Rest.

Les précédentes éditions ont permis d’acquérir du matériel innovant comme le NanoKnife, appareil américain qui n’était pas encore utilisé en France pour le traitement des cancers du pancréas et du foie, de soutenir des programmes de recherche notamment en hématologie et de recruter des attachés de recherche clinique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.