Sport : Nice ouvre un centre spécialisé pour prévenir les accidents cardiovasculaires

Le sport intense ou de haut niveau, sans préparation ou sans surveillance peut être fatal : en France, 1 500 morts subites* surviennent chaque année pendant ou au décours immédiat d’une activité physique intense et 24 sportifs décèdent chaque semaine sur le terrain**. Pour éviter de tels drames, les établissements hospitaliers proposent un dépistage des situations à risque et la prévention des accidents cardiovasculaires. Aujourd’hui, des structures dédiées voient le jour comme le Centre de Cardiologie du Sport du CHU de Nice
Le sport intense ou de haut niveau, sans préparation ou sans surveillance peut être fatal : en France, 1 500 morts subites* surviennent chaque année pendant ou au décours immédiat d’une activité physique intense et 24 sportifs décèdent chaque semaine sur le terrain**.  Pour éviter de tels drames,  les établissements hospitaliers proposent un dépistage des situations à risque et la prévention des accidents cardiovasculaires. Aujourd’hui, des structures dédiées voient le jour comme le Centre de Cardiologie du Sport du CHU de Nice, le 4ème de France et le seul en PACA !

Le Professeur Emile Ferrar
i, accompagné de son équipe, Didier Scarlatti (PH mi-temps au CHU de Nice et spécialisé dans la rythmologie du sport) et Priscille Bouvier (Assistante des hôpitaux et spécialisée dans les maladies vasculaires et sport), ont mis en place un programme de Consultations spécialisées pour les sportifs de haut niveau. Son ambition : couvrir l’offre de soins de cardiologie du sport de la région, assurer une prise en charge spécialisée et coordonnée du sportif de haut niveau, dépister les facteurs de risque cardiovasculaires et les conduites addictives à risque et créer une filière de soin spécifique pour raccourcir les délais d’évaluation et ainsi limiter les perturbations de l’entrainement intensif du sportif
Examens et consultation pour une évaluation
Avant la rédaction d’un certificat de non contre-indication requis pour toute inscription en club ou salle de sport, l’équipe effectue tout bilan cardiovasculaire standard. En cas de symptomatologie de repos ou d’effort (essoufflement, palpitations, malaise, douleur thoracique), des consultations orientées, des examens cliniques cardiovasculaires ou des électrocardiographies sont programmées.
La coordination du centre est assurée par des médecins aux compétences complémentaires : cardiologues, expérimentés en médecine du sport, chacun ayant une «sous spécialité» dans les différents problèmes cardiaques des sportifs : anomalie du rythme cardiaque, anomalie des artères du cœur, anomalies du muscle cardiaque, ou médecine vasculaire. Les dossiers sont traités en réunion de concertation pour un avis collégial. Les plus complexes seront discutés avec un autre centre expert français de cardiologie du sport à Rennes.
Le centre est équipé d’un plateau d’exploration cardiovasculair: électrocardiogramme standard, échocardiographie tridimensionnelle, échographie d’effort qui permet d’étudier le fonctionnement du muscle cardiaque et des valves en situation, Holter ECG (enregistrement du rythme cardiaque de longues périodes 24h – 10 jours, 15 jours ),  test à l’effort avec V02. Et aussi, imagerie avec IRM cardiaque /scanner cardiaque des sportifs de haut niveau et tests génétiques parfois indispensables pour diagnostiquer des anomalies qui prédisposent à la mort subite du sportif.
Des hospitalisations en hôpital de semaine peuvent être proposées pour des bilans plus approfondis. 
Centre de Cardiologie du Sport : Pasteur 1 – Pavillon I – 3ème étage, href= »mailto:cardiosport@chu-nice.fr », tél : 04 92 03 77 34
*source : European Journal of Preventive cardiology 2015
**Les victimes sont en majorité des hommes (95%) plutôt jeunes, les moins de 35 ans représentant un tiers d’entre elles.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.