Statines : Grande Saga bordelaise pour évaluer leur intérêt clinique et médico-économique

"Démontrer ou infirmer l’intérêt des statines dans la prévention des événements cardiovasculaires et de la mortalité chez les personnes âgées de 75 ans et plus", Tel est l'enjeu de l’étude SAGA "Statines Au Grand Age" lancée par le CHU de Bordeaux en étroite collaboration avec les médecins généralistes.

"Démontrer ou infirmer l’intérêt des statines dans la prévention des événements cardiovasculaires et de la mortalité chez les personnes âgées de 75 ans et plus",  Tel est l’enjeu de l’étude SAGA "Statines Au Grand Age" lancée par le CHU de Bordeaux en étroite collaboration avec les médecins généralistes.
Les personnes âgées prennent des statines en prévention primaire des maladies cardiovasculaires sans qu’à ce jour soit démontré un bénéfice certain sur la mortalité. Il est donc indispensable de disposer d’études en médecine générale pour savoir si ces traitements ont un intérêt pour ces personnes, ce d’autant plus que les statines sont responsables de nombreux effets secondaires et d’un coût élevé pour l’assurance maladie. Pour apprécier l’utilité de ce traitement, 2 430 patients seront recrutés à partir du 1er trimestre 2016.
Pour atteindre cette cohorte, le CHU de Bordeaux compte sur la participation de 500 médecins généralistes. SAGA sera réalisée dans le cadre du suivi habituel de leurs patients de 75 ans et plus, sous statines depuis au moins 12 mois, n’ayant jamais présenté d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral, de coronaropathie, d’artériopathie, qu’ils soient diabétiques ou non. Pour cette étude randomisée, les médecins seront invités à arrêter le traitement par statines chez certains patients – la sélection étant fondée sur le hasard. Dans le respect du code de la santé publique, les patients seront informés de la démarche et leur consentement libre, éclairé et exprès sera recueilli. Pour mener à bien cette recherche, aucun acte supplémentaire n’est prévu qu’il s’agisse de consultation ou d’examen. Les médecins généralistes suivront ensuite leur patient pendant 3 ans dans le cadre de la recherche à 3, 12, 24 et 36 mois. Une rémunération de 300 euros par patient suivi est prévue.
Ce projet est coordonné par le Pr Fabrice Bonnet (Service de Médecine Interne et maladies infectieuses du CHU de Bordeaux) et le Pr Jean-Philippe Joseph (médecin généraliste,  Département de Médecine Générale de l’université).
Cette étude de grande ampleur est entièrement financée par le ministère de la santé dans le cadre de l’Appel à Projets Programme de Recherche Médico-Economique (PRME) 2014 de la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.