Stimulation sensorielle des enfants en espace snoezelen

« Chez les enfants nous avons observé une diminution des symptômes autistiques, la réduction des comportements répétitifs, l’amélioration de la communication. Surtout, nous avons constaté un bien-être et une détente du jeune patient autiste » souligne les équipes du service de Psychiatrie de l'enfant et de l’adolescent du CHU de Clermont Ferrand. Engagées dans le projet de création d’un espace snoezelen dès 2013, elles se réjouissent aujourd’hui de voir leur mobilisation récompensée par l’inauguration de ce nouveau lieu de stimulation sensorielle et de relaxation.
« Chez les enfants nous avons observé une diminution des symptômes autistiques, la réduction des comportements répétitifs, l’amélioration de la communication. Surtout, nous avons constaté un bien-être et une détente du jeune patient autiste » souligne les équipes du service de Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent du CHU de Clermont Ferrand. Engagées dans le projet de création d’un espace snoezelen dès 2013, elles se réjouissent aujourd’hui de voir leur mobilisation récompensée par l’inauguration de ce nouveau lieu de stimulation sensorielle et de relaxation

Dans cette salle dédiée, aménagée avec des colonnes à bulles, des matelas à eau, un projecteur, de fibres optiques, des coussins, une chaîne hi-fi… de nouvelles ambiances sont créées qui sollicitent les sens des enfants. Dans un environnement sécurisé et propice à la découverte, les jeunes patients vont explorer un univers onirique, sollicitant tour à tour la vue, le toucher, l’ouïe, l’odorat. Une séance dans l’espace snoezelen dure en moyenne 45 minutes, avec une fréquence régulière d’une à deux fois par semaine. L’activité est individuelle, l’enfant vient accompagné d’un soignant rompu à cette pratique. Le professionnel, en l’occurrence, une éducatrice spécialisée ou une aide-soignante ayant suivi une formation spécifique, observe, propose, anime l’environnement, distille les stimulations, communique sur le mode du partage, prend le temps de regarder, de respecter, et de rencontrer l’enfant. A terme, d’autres unités de la psychiatrie de l’enfant pourront utiliser cet espace.

L’espace snoezelen est situé dans l’hôpital de jour enfant, pavillon B, du service de Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent du CHU de Clermont Ferrand.  La spécificité de cette unité d’une capacité d’accueil de 15 places est l’accueil d’enfants de 4 à 12 ans atteints de troubles du spectre autistique. 

Financement
Le coût total du projet s’élève à 26 545€. La Fondation des hôpitaux de Paris a financé une partie du matériel dans le cadre d’un appel à projets. L’équipement de la salle a pu être finalisé par la Fondation Crédit Agricole Centre France et le Lion’s Club de Thiers. Les travaux ont été pris en charge par le CHU.
En savoir plus sur le snoezelen
Imaginé au Pays-Bas dans les années 70, le snoezelen a été implanté en France autour de 1990. Il s’agit d’une stimulation multisensorielle contrôlée. L’indication première a été l’accompagnement des personnes polyhandicapées (enfants et adultes). Aujourd’hui, cette activité est utilisée pour des enfants et adolescents avec trouble de l’autisme. Elle favorise la détente corporelle et psychique, ainsi que la relation avec l’autre à partir de stimulations sensorielles (vue, toucher, ouïe, odorat). 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.