Strasbourg et Toulouse signent une nouvelle coopération franco-chinoise en médecine de catastrophe

Le centre franco-chinois de coopération sur l’urgence sanitaire et la médecine de catastrophe vient d’être fondé à Chongqing, mégapole de 32 millions d’habitants situé à l’Est de la Chine, ce lundi 27 mars 2017. L’annonce a été faite lors du deuxième colloque franco-chinois dédié à cette spécialité.
Le centre franco-chinois de coopération sur l’urgence sanitaire et la médecine de catastrophe vient d’être fondé à Chongqing, mégapole de 32 millions d’habitants situé à l’Est de la Chine, ce lundi 27 mars 2017. L’annonce a été faite lors du deuxième colloque franco-chinois dédié à cette spécialité.
Au programme : partage d’expériences et d’expertises sur les situations sanitaires exceptionnelles, qu’elles soient issues de catastrophes naturelles ou de risques émergents infectieux (grippe aviaire H5N9) ou virologiques (Zika) au travers de séminaires théoriques et pratiques. Des sessions trimestrielles seront organisées par les équipes strasbourgeoises du Professeur Pascal Bilbault et toulousaines du professeur Vincent Bounes. L’enseignement par simulation occupera une large place et sera complété par des stages pratiques des urgentistes de Chongqing au CHU de Toulouse.
Le centre Chongqing s’inspire du Centre Franco-Chinois de Formation à la Médecine d’Urgence et de Catastrophe ouvert à Pékin en 2004.
La consécration de 17 ans de coopération
Ce projet trouve son origine dans un partenariat tripartite noué entre le centre hospitalier universitaire et l’université de médecine de Chongqing, et le centre hospitalier universitaire et la faculté de médecine de Strasbourg et le centre hospitalier universitaire et les facultés de médecine de Toulouse (Purpan et Rangueil). Ces accords remontent à la fin des années 2000 au moment où des jumelages ont été établis entre 17 centres hospitaliers universitaires français et hôpitaux chinois désignés comme pilotes par le ministère de la santé chinois dans la mise en œuvre de la réforme hospitalière. 
Les 4 filières de formations médicales francophones existant dans les facultés de médecine chinoises de Shanghai, Wuhan, Chongqing et Kunming ont favorisé le partenariat entre le CHU de Toulouse et le CHU de Chongqing. Concrétisé par une convention signée en 2008, il a été renforcé par le jumelage existant entre la ville de Toulouse et la ville de Chongqing. Aujourd’hui il donne lieu à des enseignements et interventions à Chongqing par des praticiens toulousains et à des cursus de formation en France pour des médecins chinois. Ainsi une dizaine de jeunes médecins en formation de l’université de Chongqinq, issus de la filière francophone et sélectionnés au terme d’un processus de formation en français et sur leur niveau scientifique, passent chaque année six mois dans les services du CHU de Toulouse puis six mois à Strasbourg.
Ce sont aujourd’hui plus de 200 jeunes médecins de Chongqing qui ont fait une partie de leur cursus au CHU de Toulouse et qui sont autant d’ambassadeurs de l’excellence scientifique et culturelle toulousaine et française.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.