Succès de Mdoloris : Lille catalyseur d’innovation et moteur de croissance pour la région

La société Mdoloris Medical Systems, qui exploite les brevets d'une technologie lilloise sensible à la douleur ressentie par un patient -conscient ou non- annonce une levée de fonds de 3 M€. Le CHRU de Lille se réjouit de voir ainsi franchie une étape décisive dans l'exploitation d'une découverte qui améliore la qualité des soins et le confort des patients.

La société Mdoloris Medical Systems, qui exploite les brevets d’une technologie lilloise sensible à la douleur ressentie par un patient -conscient ou non- annonce une levée de fonds de 3 M€. Le CHRU de Lille se réjouit de voir ainsi franchie une étape décisive dans l’exploitation d’une découverte qui améliore la qualité des soins et le confort des patients.
L’apport en fonds propres a été réalisé via la contribution d’investisseurs historiques, Siparex Proximité Innovation pour 2,7M€ et le fond d’investissement régional Finovam pour 0,3M€. Ces capitaux vont accompagner la croissance de la jeune société qui compte "poursuivre ses efforts d’innovation afin de mettre sur le marché d’autres premières mondiales.» comme l’explique Fabien Pagniez, son président fondateur.
Fondée en 2010, Mdoloris Medical Systems a déjà vendu plus 700 moniteurs dont 300 à des hôpitaux universitaires de renom. 150 000 patients ont bénéficié de son savoir-faire.  La gamme des moniteurs s’est enrichie de trois dispositifs médicaux (pour les nourrissons, les patients non communicants adultes et les vétérinaires). Réalisant 90% de son chiffre d’affaires à l’export, Mdoloris emploie aujourd’hui 21 collaborateurs et dispose d’une organisation opérationnelle à l’international. Ses dispositifs médicaux sont plébiscités par la communauté médicale et les associations de patients. Cette innovation a fait l’objet de 91 publications internationales.
Le moniteur de Mdoloris est le fruit de 23 ans de recherche menée par le Centre d’Investigation Clinique-Innovation Technologique du CHRU de Lille. Acteur engagé dans toutes les étapes de la recherche, du laboratoire au lit du malade jusqu’au transfert de technologies le CHRU de Lille participe au progrès de la médecine grâce aux études conduites par ses équipes médicales et soignantes. Il intervient également dans la diffusion des innovations à l’échelle industrielle au titre de co-fondateur du Bio Incubateur Eurasanté.
Promoteurs du progrès médical, le CHRU et le campus de Lille sont également très attentifs au développement par le Bio Incubateur Eurasanté d’autres projets en lien avec les équipes de recherche du campus lillois, tels que :
•             Le projet NANOSURG pour le développement d’un dispositif biomédical implantable pour le traitement de la valvulopathie mitrale ;
•             Le projet AIDE REDON, pour le développement de dispositifs médicaux pour le suivi et la surveillance de patients en post opératoire ;
•             Le projet ASSISTEYE en vue de développer un produit permettant de restaurer ou préserver l’autonomie de personnes en situation de handicap sévère en permettant de mieux interagir avec leur environnement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.