Suicide d’un patient au CHU de Caen

"Hier jeudi 28 janvier 2016, à 20h35, un patient, âgé de 42 ans, s’est défenestré depuis le niveau 18 de la Tour Côte de Nacre, après avoir soudainement brisé la vitre sécurisée d’une chambre voisine de la sienne à coup d’extincteur" a annoncé le CHU de Caen dans un communiqué en date du 29 janvier 2016. Le patient, traité en hospitalisation libre par l’EPSM, l’Etablissement Public de Santé Mentale, était hospitalisé dans le service de médecine polyvalente du CHU de Caen depuis une semaine pour des problèmes de santé et bénéficiait d’un suivi psychiatrique quotidien.

"Hier jeudi 28 janvier 2016, à 20h35, un patient, âgé de 42 ans, s’est défenestré depuis le niveau 18 de la Tour Côte de Nacre, après avoir soudainement brisé la vitre sécurisée d’une chambre voisine de la sienne à coup d’extincteur" a annoncé le CHU de Caen dans un communiqué en date du 29 janvier 2016. Le patient, traité en hospitalisation libre par l’EPSM, l’Etablissement Public de Santé Mentale, était hospitalisé dans le service de médecine polyvalente du CHU de Caen depuis une semaine pour des problèmes de santé et bénéficiait d’un suivi psychiatrique quotidien.
Les secours ont été diligentés précise l’établissement mais le patient est décédé sur le coup : "Immédiatement les équipes du CHU de Caen se sont mobilisées.  Les personnels des services de médecine polyvalente, des urgences, du SAMU-SMUR, de sécurité et la direction se sont organisés et coordonnés avec les forces de police et les pompiers. Le décès a immédiatement été constaté sur place par le SAMU".
Une information a été adressée à la famille "Informée le soir même, toutes nos pensées vont bien sûr vers la famille en raison de cet événement dramatique et nous nous tenons à sa disposition pour l’accompagner dans cette épreuve".  explique le CHU qui exprime aussi son soutien aux professionnels "Les professionnels, très impliqués dans la prise en charge et le soin de ce patient, sont choqués. Nous pensons aussi à l’ensemble des personnels intervenus dans la nuit, qui ont rapidement pu bénéficier d’un soutien psychologique".

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.