Suivi rigoureux du plus gros chantier hospitalier de France

Le CHU de Strasbourg achève le gros oeuvre de son Nouvel Hôpital Civil - le plus gros chantier hospitalier de France - et rappelle à cette occasion les conditions nécessaires à la réussite d'un chantier de 230 millions d'euros sur lequel interviennent plus de 40 entreprises de bâtiment et de matériel médical européennes. Avant tout il faut suivre avec précision les cahiers des charges techniques des prestations mais aussi tenir les délais et respecter le montant des marchés négociés.

Le CHU de Strasbourg achève le gros oeuvre de son Nouvel Hôpital Civil – le plus gros chantier hospitalier de France – et rappelle à cette occasion les conditions nécessaires à la réussite d’un chantier de 230 millions d’euros sur lequel interviennent plus de 40 entreprises de bâtiment et de matériel médical européennes. Avant tout il faut suivre avec précision les cahiers des charges techniques des prestations mais aussi tenir les délais et respecter le montant des marchés négociés.

La qualité des prestations techniques nécessite une surveillance permanente et une réactivité immédiate. Ainsi, la défaillance de 2 entreprises (façades et revêtement de pierres), n’a pas retardé l’exécution des prestations situées sur le chemin critique (réseaux primaires, cloisons sèches) car des mesures conservatoires ont été immédiatement mises en oeuvre.
Le respect du calendrier : Le calendrier initial est respecté durant les deux années de travaux du gros oeuvre. La première grue a été démontée en septembre 2004. Les ingénieurs des HUS assurent à une veille technologique sur toutes les prestations techniques et sont amenés à réagir très rapidement auprès du Maître d’oeuvre pour le conseiller dans ses choix et pallier ainsi toute rupture d’approvisionnement sur le chantier qui engendrerait un dépassement de délai.

La maîtrise des coûts : L’économie du chantier implique le paiement rapide des entreprises, sous peine de se voir infliger des pénalités de retard (intérêts moratoires). Ceci a été possible grâce à l’étroite collaboration des services du Trésor (élaboration d’un calendrier mensuel des circuits de paiements prioritaires).
La maîtrise technique, calendaire et économique du chantier garantit la poursuite de la modernisation de l’établissement dans les conditions financières fixées dans le programme pluriannuel d’investissement approuvé par la tutelle.

Un hôpital universitaire édifié en plein centre ville : chiffres clés et repères
Surface : 85 000m² sur 5 étages
712 lits et places dont 53 places d’hospitalisation de jour et 34 de dialyse
359 lits d’hospitalisation conventionnelle supprimés
Des services miroirs regroupés (cardiologie, pneumologie, hépato-gastro-entérologie)
Matériaux : structures métalliques, pierre et verre

Début du chantier : septembre 2002
Fin gros oeuvre : septembre 2004
Fin du chantier : 2006

Coût du chantier : 230 millions d’euros – bâtiments et équipements. Le gros oeuvre représente 40% du budget soit : 92 millions d’euros
Architecte : Cabinet Claude Vasconi

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.