Syncopes : le premier centre français spécialisé est lyonnais

Parce que 40% des syncopes restent inexpliquées les Hospices Civils de Lyon ont ouvert en août 2006 le premier centre français spécialisé à l'hôpital de la Croix Rousse. Que propose cette unité spécialisée ?

Parce que 40% des syncopes restent inexpliquées les Hospices Civils de Lyon ont ouvert en août 2006 le premier centre français spécialisé à l’hôpital de la Croix Rousse. Que propose cette unité spécialisée ?

Adressé au centre de prise en charge des syncopes par son médecin traitant ou par des spécialistes, le patient bénéficiera d’un bilan très spécifique : une consultation de deux heures, avec interrogatoire approfondi et différents examens dont le tilt-test : Pour comprendre l’origine de la syncope, il est nécessaire d’en déclencher une. Allongé durant 45 minutes sur une des deux tables d’inclinaison(à 60%)équipées d’appareils informatisés qui enregistrent en continu divers paramètres hémodynamiques, le patient subira le « tilt-test » destiné à reproduire les conditions propices au développement d’une syncope. Au terme de ce bilan, le pourcentage de syncopes restées inexpliquées n’est plus que de 10 ou 15%…

D’autres examens cardiologiques plus « classiques » sont parfois prescrits avant la consultation, lors de la prise de rendez-vous (un Holter et un électrocardiogramme, par exemple).

Le centre fonctionne comme un hôpital de jour, du lundi au vendredi de 9h à 17h.

Depuis son ouverture en août 2006, le service accueille 3 à 4 patients par semaine*, d’âge variable et dont la syncope est jusque là restée inexpliquée. Dans chaque cas, une proposition thérapeutique est faite et surveillée au cours des semaines suivantes par un examen de contrôle.
En 2007, le centre recevra 100 patients. La montée en charge se poursuivra avec une prévision de 400 patients en 2008….

40% des syncopes restent inexpliquées
Bon nombre de syncopes sont dues à une dérégulation du système nerveux autonome (système qui gère nos activités non volontaires), et notamment à un excès d’activité du système nerveux parasympathique (ou vague) sur le coeur et les vaisseaux. Ce système vague est, dans certaines circonstances, responsable d’un ralentissement brutal du rythme cardiaque et d’une chute de la tension artérielle, provoquant une diminution de l’oxygénation cérébrale. C’est la syncope, qui se définit comme une perte de connaissance brève et soudaine, avec chute le plus souvent.

Ce phénomène peut survenir à tout âge. Chez la personne âgée, le risque est augmenté par la moins bonne qualité de son système vasculaire : plus fréquemment sujette aux syncopes, elle peut faire une mauvaise chute, dont les conséquences aggraveront le tableau clinique. Chez nos aînés, la syncope serait responsable de 3 à 6% des hospitalisations, le plus souvent répétées. Dès lors, elle coûte cher et représente un vrai problème de santé publique.

Si les causes sont multiples, et bien souvent d’origine cardiaque ou vasculaire, 40% des syncopes restent néanmoins inexpliquées. C’est pour cette raison que des centres spécialisés ont vu le jour en Europe, notamment à Newcastle depuis 1991. Il était urgent qu’une ville comme Lyon puisse bénéficier d’une telle unité. Le centre lyonnais est le premier centre français uniquement dédié à la syncope.

Pour les rendez-vous : 04 72 07 16 80

Pour plus d’informations : Dr Daniel Flammang 04 72 07 16 67

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.