Syndrome de Gilles de la Tourette : une prise en charge spécifique des enfants

Mouvements et cris incontrôlés, expressions de mots grossiers... les signes de cette maladie rare et handicapante socialement apparaissent le plus souvent avant l'âge de 18 ans. Le Centre de compétences du CHU de Montpellier accueille tout particulièrement ces jeunes patients.
Mouvements et cris incontrôlés,  expressions de mots grossiersles signes de cette maladie rare et handicapante socialement  apparaissent le plus souvent avant l’âge de 18 ans.  Le Centre de compétences du CHU de Montpellier accueille tout particulièrement ces jeunes patients. 
Le syndrome de Gilles de la Tourette, du nom du médecin français (1857 – 1904), qui fut le premier à en décrire les symptômes, se caractérise par l’association de tics moteurs et/ou vocaux. Ce trouble neurologique héréditaire concerne près de 45 000 enfants en France à des degrés divers et près d’un quart d’entre eux continuent d’en souffrir à l’âge adulte.
Réaliser le bon diagnostic
Les tics sont des manifestations motrices intempestives brusques et rapides résultant de la contraction involontaire d’un ou plusieurs groupes musculaires. Ils sont involontaires, stéréotypés, récurrents, imprévisibles, non rythmiques, temporairement contrôlés par la volonté, exacerbés par le stress ou la colère.
Certains enfants n’ont qu’un seul tic, d’autres en ont plusieurs, associant parfois des tics moteurs et des tics vocaux. Lorsque les tics moteurs et vocaux sont présents depuis plus d’un an, on peut établir le diagnostic d’un "syndrome de Gilles de la Tourette". Dans le cadre du Centre de compétences du syndrome de Gilles de la Tourette coordonné par le Dr Agathe Roubertie, le CHU de Montpellier propose ainsi des prises en charge spécifiques pour les jeunes patients présentant des tics.
Un traitement par l’EPR dès l’âge de 10 ans
Les tics peuvent être diminués par la distraction ou la concentration, parfois précédés par une sensation prémonitoire ou un besoin. Le type de prise en charge proposé depuis début 2016 au sein du CHU est unique sur Montpellier et ses alentours.
La principale technique utilisée est celle de l’exposition avec prévention de la réponse (EPR). Celle-ci permet de traiter l’ensemble des tics chez les enfants à partir de 10 ans. Cette méthode, qui se déroule généralement sur 12 à 15 séances, repose sur l’association négative entre la sensation prémonitoire désagréable et la réalisation du tic qui vient soulager cette tension mais également renforcer sa survenue.
Le jeune patient apprend ainsi à tolérer et à gérer les sensations prémonitoires par un phénomène d’habituation permettant ainsi une diminution voire une disparition de l’envie de "tiquer". Un livret explicatif, "La petite notice des tics", lui est, du reste, remis, également disponible dans la docuthèque du site internet du CHU de Montpellier. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.