Télé-AVC entre les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et le Centre Hospitalier de Saverne

Illustration concrète du projet médical partagé du groupement hospitalier de territoire (GHT) Basse Alsace Sud Moselle, une télé-consultation entre les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et le Centre Hospitalier de Saverne permet une prise en charge équitable des AVC en termes d’accès à la thrombolyse.
Illustration concrète du projet médical partagé du groupement hospitalier de territoire (GHT) Basse Alsace Sud Moselle, une télé-consultation entre les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et le Centre Hospitalier de Saverne permet une prise en charge équitable des AVC en termes d’accès à la thrombolyse.
Première cause de handicap, l’accident vasculaire cérébral (AVC) produit des effets dont la gravité va dépendre de la localisation et de l’étendue des zones cérébrales touchées, mais aussi de la précocité du diagnostic, de la rapidité de la prise en charge et du traitement instauré. De plus, la prise en charge en unité neurovasculaire (UNV) améliore le pronostic de ces patients.
C’est dans cette perspective que les établissements de santé alsaciens ont pris  l’initiative de se coordonner au travers notamment des GHT pour organiser le plus efficacement possible cette prise en charge. Jusqu’à présent, tous les patients sujets à un AVC dans les délais d’éligibilité à la thrombolyse (moins de 4H30) du GHT étaient acheminés en urgence jusqu’aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (HUS) pour confirmer ou non l’indication d’une thrombolyse et/ou d’une thrombectomie mécanique. Néanmoins pour des distances excédant les 30 min de trajet, la prise en charge ne pouvait être optimale du fait du délai occasionné par le transport des patients de leur domicile jusqu’aux HUS.

Plus de 80 professionnels formés

Pour pallier cette problématique, une solution technologique innovante mise à disposition par Pulsy (groupement régional d’appui au développement de la e-santé du Grand Est) et financée par l’ARS Grand Est a été développée : il s’agit du télé-AVC. Une téléconsultation permet au neurologue senior des HUS en concertation avec le senior urgentiste de Saverne d’examiner le patient à distance, de visualiser en direct l’examen IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) réalisé à Saverne et de décider de l’administration du traitement par thrombolyse sans perte de temps. Le patient sera acheminé dans un deuxième temps vers l’UNV des HUS.
Le Centre Hospitalier (CH) de Saverne est le premier centre requérant à mettre en place cette solution en partenariat avec les HUS. Les autres CH alsaciens devraient suivre prochainement. Plus de quatre-vingt personnels de Saverne (médecins, cadre, infirmiers et aide-soignants) ont pu bénéficier d’une formation préalable sur la prise en charge de l’AVC dispensée sur le site de l’UNISIMES (Unité de Simulation Européenne en Santé) par l’équipe médicale et paramédicale de l’UNV des HUS dirigée par le Pr Valérie Wolff les préparant à cette nouvelle forme de coopération. Une simulation « in situ » a également vu le jour avec le soutien de l’UNISIMES au cours du mois de février avant le lancement officiel de cette nouvelle prise en charge le 23 avril dernier. Depuis cette date, 12 patients ont déjà intégré cette filière.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.