Télé encéphalographie en Lorraine : 1er réseau inter-hospitalier

Les neurologues du CHU voient s'afficher sur l'écran l'électroencéphalogramme (EEG) d'une patiente tombée dans une rue à plus de 100 km de Nancy et donnent leur diagnostic par téléphone. A l'autre bout du fil, l'équipe médicale de l'hôpital de Remiremont qui a pris en charge la victime les écoutent : un travail à distance rendu possible grâce au 1er réseau français d'interprétation EEG en temps réel mis en place par le Centre Hospitalier Universitaire et co-financé par la Région Lorraine. Bénéficiant d'une infrastructure parfaitement sécurisée, gérée par la Direction du Système d'Information et l'unité Réseaux et Télécommunication du CHU de Nancy, le dispositif a été initié par le Pr Hervé Vespignani, chef du service de Neurologie.

Les neurologues du CHU voient s’afficher sur l’écran l’électroencéphalogramme (EEG) d’une patiente tombée dans une rue à plus de 100 km de Nancy et donnent leur diagnostic par téléphone. A l’autre bout du fil, l’équipe médicale de l’hôpital de Remiremont qui a pris en charge la victime les écoutent : un travail à distance rendu possible grâce au 1er réseau français d’interprétation EEG en temps réel mis en place par le Centre Hospitalier Universitaire et co-financé par la Région Lorraine. Bénéficiant d’une infrastructure parfaitement sécurisée, gérée par la Direction du Système d’Information et l’unité Réseaux et Télécommunication du CHU de Nancy, le dispositif a été initié par le Pr Hervé Vespignani, chef du service de Neurologie.

Malgré la banalité de leur apparence, cet ordinateur et ce téléphone portent en eux tout le dispositif de télémédecine EEG. Un réseau d’interprétation en ligne qui relie en temps réel plusieurs centres hospitaliers de proximité lorrains et l’établissement nancéien. Une première nationale à l’actif du service de Neurologie du CHU de Nancy. En effetet, « si le principe de la télémédecine existe depuis plusieurs années, c’est la première fois qu’une application en matière d’électroencéphalographie voit le jour », précise l’initiateur du projet.

La réalisation d’un EEG est indiquée dans de nombreuses situations : malaise, perte de connaissance, manifestation pouvant faire penser à de l’épilepsie ou encore surveillance de comas. « Les hôpitaux périphériques n’ont généralement pas de neurologues dans leurs équipes » explique le chef du service de Neurologie « c’est pourquoi l’intervention des spécialistes du CHU est incontournable dans ces situations. » Jusqu’à présent, les tracés étaient envoyés au Centre Hospitalier Universitaire de Nancy par coursiers ou par ambulances. Dans les cas les moins urgents, rendez-vous était donné aux patients dans un périmètre de plus de 100 km.

Le dispositif actuel est avantageux à la fois pour le public et les équipes médicales : « Moins d’attente, moins de déplacements, donc plus de confort pour le patient et ses proches ainsi qu’une activité plus importante pour les neurologues. » Un dispositif également intéressant à l’intérieur du CHU étendu sur 2 sites géographiques distincts : « Si une intervention de chirurgie cardiaque a lieu sur le site de l’hôpital d’adultes de Brabois, le chirurgien qui veut s’assurer que sa stratégie opératoire n’a pas de conséquences négatives sur le cerveau de son patient, utilisera la surveillance en direct par EEG avec un neurologue du site des hôpitaux urbains » explique Hervé Vespignani.

A l’heure actuelle, le réseau intègre les centres hospitaliers de Bar-le-Duc (Meuse), Neufchâteau, Remiremont, St Dié (Vosges) et prochainement Freyming-Merlebach, Metz (Moselle) et Verdun (Meuse). « Il reflète pleinement la volonté d’apporter à ces hôpitaux et à leurs patients les bénéfices de la technicité et de l’expertise du CHU dans la perspective d’une organisation territoriale. Au-delà des avancées pour le patient et les équipes de soins, le réseau a une incidence positive sur la démographie médicale locale » ajoute le Pr Vespignani. Un sérieux atout pour attirer des neurologues en Lorraine pour exercer la neurologie générale dans les hôpitaux périphériques et la neurologie spécialisée de haut niveau au CHU de Nancy.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.