Télé TAM TAM : Tu fais ta télé à l’hôpital

Pour rompre l'isolement des enfants hospitalisés, la CHU de Toulouse lance la Chaîne « Télé TAM-TAM ». Conçue par et pour les jeunes malades de moins de 15 ans la nouvelle chaîne jeunesse s'adresse également à leurs familles. Au programme des émissions évasion : loisirs, lecture, cinéma, musique commentée par les enfants, gros plan sur la passion de l'un d'entre eux, des séquences artistiques avec le Musée d'Art Moderne de Toulouse mises à la portée du jeune public mais aussi des informations sur les animations hebdomadaires proposées par le CHU, présentation d'une association intervenant dans l'établissement et enfin QUEZACO : mes questions sur la santé où alternent les explications des prises en charge et les conseils de prévention : Je vais me faire opérer. Comment ça se passe ?, A quoi ça sert de faire du sport ? Manger équilibré, qu'est-ce que ça veut dire ?, Le tabac, pourquoi c'est mauvais pour la santé ? Pour les enfants présentant une pathologie chronique et donc appelés à séjourner régulièrement à l'hôpital, cette chaîne sera vécue comme un repère sympathique. L'acteur Marc Lavoine parraine cette initiative.

Pour rompre l’isolement des enfants hospitalisés, la CHU de Toulouse lance la Chaîne « Télé TAM-TAM ». Conçue par et pour les jeunes malades de moins de 15 ans la nouvelle chaîne jeunesse s’adresse également à leurs familles. Au programme des émissions évasion : loisirs, lecture, cinéma, musique commentée par les enfants, gros plan sur la passion de l’un d’entre eux, des séquences artistiques avec le Musée d’Art Moderne de Toulouse mises à la portée du jeune public mais aussi des informations sur les animations hebdomadaires proposées par le CHU, présentation d’une association intervenant dans l’établissement et enfin QUEZACO : mes questions sur la santé où alternent les explications des prises en charge et les conseils de prévention : Je vais me faire opérer. Comment ça se passe ?, A quoi ça sert de faire du sport ? Manger équilibré, qu’est-ce que ça veut dire ?, Le tabac, pourquoi c’est mauvais pour la santé ?
Pour les enfants présentant une pathologie chronique et donc appelés à séjourner régulièrement à l’hôpital, cette chaîne sera vécue comme un repère sympathique. L’acteur Marc Lavoine parraine cette initiative.

« Chaque enfant hospitalisé doit avoir le sentiment que les programmes de la chaîne « Télé TAM-TAM » ont été conçus spécifiquement à son attention et qu’il peut prendre une part active, s’il le désire, à leur réalisation. Les programmes de la chaîne auront pour but de favoriser le rêve, l’évasion, le dépaysement et éviteront de revenir systématiquement à la santé ou à la maladie. Avec cet outil vivant au contenu renouvelable à l’infini, l’Hôpital des Enfants souhaite donner la parole à ses jeunes patients, leur offrir un nouveau moyen de dialogue et d’expression pour rompre leur isolement ».
(extrait de la charte de Télé TAM-TAM)

Pour que l’hospitalisation ne soit plus synonyme de solitude et d’ennui, pour que les enfants hospitalisés puissent communiquer entre eux, se distraire et s’informer d’une manière ludique sur la vie quotidienne de leur hôpital, les personnels de l’Hôpital des Enfants ont porté ce projet durant quatre ans.

Les partenaires l’ont rendu possible : le CHU, la Mairie de Toulouse et l’Association Hôpital Sourire, ont été chargés de rechercher les 161 578 euros nécessaires pour doter l’Hôpital d’équipements audiovisuels adaptés.

Le budget nécessaire a été recueilli grâce au soutien de nombreux donateurs
Don de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, pièces jaunes soleil : 76 224 euros Don de l’Association « Hôpital Sourire » et de ses partenaires : Banque Populaire, ACB, Leclerc, Décathlon, McDonald’s, la Dépêche du Midi, TLT, Parc des Expositions, Chauvin Expo, Reprocolor : 55 180 euros
Don de l’Association « Le Printemps du Rire » : 30 174 euros

Le fonctionnement de Télé TAM-TAM
– Le CHU de Toulouse a mis en place un comité éditorial chargé de la programmation de la chaîne (médecins, éducateurs, infirmières enseignants…). Un agent hospitalier formé aux techniques audiovisuelles a été recruté (emploi jeune pérennisé) pour assurer les captations et le fonctionnement global de la chaîne. Des personnes interviennent aux côtés des personnels de pédiatrie, à titre bénévole, pour aider à la mise en place des programmes.
– La Ville de Toulouse qui, par l’intermédiaire de son Service des Techniques de Communication, détient des compétences dans le domaine audiovisuel, propose d’apporter à l’Hôpital des Enfants, dans le cadre d’une convention de partenariat, signée en décembre 2003, une assistance technique à la réalisation et à l’animation de programmes destinés à être diffusés sur le canal de « Télé Tam-Tam ». L’assistance technique annuelle apportée par la ville de Toulouse s’évalue à un montant financier de l’ordre de 25 000 ¬ environ par an.

Elle comprend :
– la réalisation de reportages d’une durée approximative de 2 minutes autour d’événements (visite d’artistes, spectacles, reportages lors de voyages des enfants &).
– l’organisation, l’encadrement et l’animation d’ateliers audiovisuels mis en place par l’Hôpital des Enfants, à raison d’environ 4 séquences par an (écriture de scénario, prise de vues, montage …)
– la possibilité d’intervention, une fois par trimestre, du journaliste pour assurer une animation plateau.
– le prêt gratuit des productions audiovisuelles de la Ville de Toulouse, dont le contenu est susceptible d’intéresser ce jeune public.
– la réalisation du film générique d’ouverture d’antenne de « Télé TAM-TAM ».

Le soutien d’un cercle de professionnels :
Sur invitation du CHU et de la Ville de Toulouse, de nombreux partenaires tels que journalistes, écoles, industriels, producteurs d’émissions… ont rejoint l’Hôpital des Enfants dans sa démarche pour participer à ses côtés au fonctionnement de la chaîne.
– industriels : . Société PERFECT (prestations techniques)
– médias : . La Dépêche du Midi – Toulouse, . TLT, Jean-Luc Fouillac (Ingénieur TLT), . M6 (décrochage local), . France 3, (régional), Jeanne Cazal (journaliste retraitée) ; Hélène Fabre (I Télévision Canal +), Sud -Radio, RTL, Europe 1, Radio Occitanie, Skyrock,. N.R.J, Nostalgie, Chérie FM, Radio Le MOUV’, O Toulouse, Opinion Indépendante
– producteurs : 1,2,3 Multimédia, Gérard Klein, co-producteur de l’émission « Va Savoir », Jean-Pierre Cottet, Directeur Général de France 5, François Vie, co-producteur de l’émission « C’est pas sorcier », Bruno Petit, Cartoon Pâte,
Ces partenaires mettent à disposition du Comité Editorial des émissions libres de droit.
– Ecole de Design Polycréa : participation au design graphique de la chaîne

La charte de Télé Tam-TAM
En concertation avec les membres de son comité de pilotage et de son équipe Editoriale, une charte a été rédigée pour définir précisément la vocation de Télé TAM-TAM. TAM-TAM, chaîne généraliste appartient aux enfants hospitalisés qui en sont les acteurs, les réalisateurs et le public.

« Les émissions de la chaîne « Télé TAM-TAM » proposées par le comité éditorial ou en provenance de partenaires extérieurs, recevront l’agrément des équipes soignantes et éducatives concernées. En effet, le principe de base de toute activité « culturelle, artistique ou ludique » introduite en pédiatrie, repose sur l’idée de s’immerger en douceur dans l’équipe soignante sans la perturber en aucune sorte, en s’imprégnant de l’ambiance propre à un service de soins.

Le flux émotionnel dégagé par les émissions proposées par la chaîne interne ne doit pas avoir d’impact psychologique négatif ou nuisible à la quiétude de l’enfant. Les sujets traités ne doivent pas éveiller chez lui des sentiments de peur ou de répulsion.
Les effets souhaités sont au contraire, l’émerveillement et la joie, le rire ou l’attendrissement et ce dans un ton résolument dynamique et moderne.

Les programmes auront également pour but de favoriser le rêve, l’évasion, le dépaysement et éviteront de revenir systématiquement à la santé, l’hôpital ou la maladie. Ils pourront en outre avoir une « ambition culturelle » en visant à offrir des programmes différents par rapport à ce que les enfants peuvent voir habituellement sur les chaînes disponibles à leur domicile.

Chaque enfant hospitalisé doit avoir le sentiment que les programmes de la chaîne « Télé TAM-TAM » ont été conçus spécifiquement à son attention et qu’il peut prendre une part active, s’il le désire, à leur réalisation.
Chaque intervention des équipes de tournage doit avoir l’accord des médecins responsables (il conviendra d’indiquer, le lieu, l’identité des enfants concernés, la durée et le thème du reportage).
Les équipes de tournage respecteront les précautions d’hygiène et de prévention des maladies, imposées par les équipes soignantes.

Par ailleurs les interventions réalisées auprès des enfants hospitalisés seront soumises à l’accord des parents sur proposition de la Direction de l’Hôpital des Enfants en étroite relation avec la Délégation à la Communication du CHU de Toulouse. Le CHU doit en effet faire respecter les règles d’usage en vigueur à l’hôpital concernant, l’image des enfants hospitalisés, ainsi que celle des familles ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.