Télé TAM-TAM : une exception dans le paysage audiovisuel hospitalier

Télé TAM-TAM, la télé des bambins hospitalisés au CHU de Toulouse, a fêté son 7ème anniversaire en septembre 2011. Sa vocation : distraire l'enfant dans un univers où cohabitent soins de haute qualité et appréhensions de tout-petits. Dans sa grille de programmes, l’enfant tient une place centrale. Conçues pour et souvent par lui, les émissions ludiques, culturelles et éducatives mettent en images la vie de l’hôpital pédiatrique. Produits en interne, les programmes sont diffusés sur les écrans de l’Hôpital des Enfants de 9h à 21h.

Télé TAM-TAM, la télé des bambins hospitalisés au CHU de Toulouse, a fêté son 7ème anniversaire en septembre 2011. Sa vocation : distraire l’enfant dans un univers où cohabitent soins de haute qualité et appréhensions de tout-petits. Dans sa grille de programmes, l’enfant tient une place centrale. Conçues pour et souvent par lui, les émissions ludiques, culturelles et éducatives mettent en images la vie de l’hôpital pédiatrique. Produits en interne, les programmes sont diffusés sur les écrans de l’Hôpital des Enfants de 9h à 21h.

A l’actif de Télé TAM-TAM : 209 reportages réalisés par plus de 500 journalistes et animateurs en herbe et 50 stagiaires bénévoles. 67 retransmissions en direct et des milliers d’heures d’évasion où les petits se sont amusés en créant de l’information ou du divertissement, oubliant leurs grands problèmes.
Télé TAM-TAM remercie la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France et l’Association Hôpital Sourire dont les dons ont permis le renouvellement d’une partie du matériel audiovisuel à savoir : 3 caméras HD, 1 magnétoscope HDV/DV Cam, 1 station de création et de diffusion, 1 station pour montage, création et titrage.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.