Insuffisance cardiaque : le CHUGA à la pointe avec un mini capteur innovant

Le CHU Grenoble Alpes est le premier établissement de santé de la région Auvergne Rhône-Alpes, et l’un des premiers en France, à expérimenter un nouveau capteur de surveillance sans fil miniaturisé pour monitorer l'insuffisance cardiaque. Cette première s’inscrit dans le cadre d’une étude internationale menée notamment dans plusieurs CHU de France.

Le CHU Grenoble Alpes est le premier établissement de santé de la région Auvergne Rhône-Alpes, et l’un des premiers en France, à expérimenter un nouveau capteur de surveillance sans fil miniaturisé pour monitorer l’insuffisance cardiaque. Cette première s’inscrit dans le cadre d’une étude internationale menée notamment dans plusieurs CHU de France.
Le système CardioMEMS HF est le premier et le seul dispositif de surveillance qui réduit significativement les hospitalisations pour insuffisance cardiaque. Le Pr Pascal Defaye et le Dr Peggy Jacon, du service Rythmologie et Stimulation cardiaque du Pôle Thorax et Vaisseaux du CHU Grenoble Alpes,  en implantant  sur un patient ce nouveau capteur, ont réalisé une première régionale.

Une avancée dans la télésurveillance cardiaque

«Ce système est une nouvelle étape importante dans la télésurveillance cardiaque car il permet d’éviter au patient une hospitalisation, explique le Pr Pascal Defaye, responsable du service Rythmologie et Stimulation cardiaque du Pôle Thorax et Vaisseaux du CHUGA. Concrètement, il s’agit d’implanter un capteur de pression dans l’artère pulmonaire durant une intervention mini invasive à l’aide d’un cathéter. De retour à la maison, le patient nous transmet quotidiennement ses relevés de pressions en s’allongeant quelques minutes sur un oreiller spécial contenant une antenne connectée avec l’implant.»

Un dispositif implantable pour la vie

Le capteur CardioMEMS n’a pas de batterie et est conçu pour durer toute la vie du patient. Une fois implanté, le capteur sans fil envoie des mesures de pression à une unité patient. Le système permet aux patients de transmettre régulièrement à un clinicien des informations critiques sur leur état d ‘insuffisance cardiaque, sans nécessiter de visites cliniques ou hospitalières supplémentaires. Cela permet aux cliniciens de détecter plus tôt l’aggravation de l’insuffisance cardiaque et d’ajuster le traitement pour réduire la probabilité d’hospitalisation du patient. 
L’insuffisance cardiaque survient lorsque le coeur est incapable de pomper suffisamment de sang pour répondre aux demandes du corps. Plus de 800 000 personnes souffrent d’insuffisance cardiaque en France. Les patients qui en sont atteints sont fréquemment hospitalisés, ont une qualité de vie réduite et sont exposés à un risque plus élevé de décès. La moitié de ces patients meurent dans les cinq ans suivant le diagnostic.
Pour les plus de 1200 patients suivis dans la filière,  le CHU Grenoble Alpes construit, avec cette nouvelle offre, une médecine de plus en plus personnalisée, innovante et rapide. 

  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.