Téléexpertise en neurochirurgie au service des urgentistes

Pionniers en téléexpertise, les neurochirurgiens de sept hôpitaux de l’AP-HP tiennent à tour de rôle une très grande garde*. Ils étudient les demandes émanant des urgences neurochirurgicales de la région parisienne pour des patients souffrant de traumatismes crâniens aux tumeurs cérébrales, en passant par les sciatiques paralysantes. En Ile-de-France, 53 sites sont équipés de ce système dont tous ceux de l’AP-HP. Les données médicales et les images radiologiques du patient sont transmises via le programme informatique sécurisé TELIF (réseau de télémédecine en Ile de France).

Pionniers en téléexpertise, les neurochirurgiens de sept hôpitaux de l’AP-HP tiennent à tour de rôle une très grande garde*. Ils étudient les demandes émanant des urgences neurochirurgicales de la région parisienne pour des patients souffrant de traumatismes crâniens aux tumeurs cérébrales, en passant par les sciatiques paralysantes. En Ile-de-France, 53 sites sont équipés de ce système dont tous ceux de l’AP-HP. Les données médicales et les images radiologiques du patient sont transmises via le programme informatique sécurisé TELIF (réseau de télémédecine en Ile de France). 
 
Ce système expert limite les transferts inutiles de patients. En effet, « il arrivait fréquemment que des patients soient amenés à la grande garde car les urgentistes avaient besoin d’un avis chirurgical expert. Or ce n’était pas toujours nécessaire et le patient était renvoyé vers son l’hôpital d’origine », explique le Pr Philippe Decq, chef du service de neurochirurgie du groupe hospitalier Henri-Mondor et coordinateur de l’observatoire de la grande garde.
 
Avec la téléexpertise, ces allers-retours sont évités. Les patients sont transférés à la grande garde uniquement si le neurochirurgien le juge nécessaire. Celui-ci fait part de son avis par un appel téléphonique. « Le système répond globalement aux attentes mais il gagnerait à utiliser les nouvelles technologies », précise Philippe Decq.
 
Créée en 1994, cette aide au diagnostic en neurochirurgie n’est pas encore reconnue comme acte médical. 
* les établissementspartenaires de la téléexpertise en neurochirurgie sont : la Pitié-Salpêtrière (75), Beaujon (92), Bicêtre (94), Henri-Mondor (94), Necker Enfants-Malades (75), Lariboisière (75) et Sainte-Anne 75 (Centre hospitalier hors AP-HP)
D’après un article de Charlène Catalifaud publié sur le webzine de l’AP-HP – 30/03/2012

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.