Télémédecine : des téléconsultations pré-anesthésiques aux Hospices Civils de Lyon (HCL)

Véritables consultations, les consultations pré-anesthésiques par téléphone sont proposées par les Hospices Civils de Lyon aux patients connus et volontaires, suivis dans le cadre de chirurgies répétées. « Plébiscitée par les futurs opérés et par les professionnels de santé, cette offre ne bénéficie toujours pas de financement adapté et ne peut être généralisée faute de modèle économique pertinent ! » déplore la Fédération Hospitalière de France qui s’appuie sur cet exemple pour illustrer sa campagne "déverrouillons la télémedecine".
Véritables consultations, les consultations pré-anesthésiques par téléphone sont proposées par les Hospices Civils de Lyon aux patients connus et volontaires, suivis dans le cadre de chirurgies répétées. Il s’agit majoritairement de jeunes actifs qui apprécient la souplesse de ce rendez-vous téléphonique effectué la plupart du temps entre 12 et 14h. Ces patients évitent ainsi un déplacement à l’hôpital et une absence de leur travail ou de leur école. Quant au médecin anesthésiste il peut optimiser l’organisation de son emploi du temps. « Plébiscitée par les futurs opérés et par les professionnels de santé, cette offre ne bénéficie toujours pas de financement adapté et ne peut être généralisée faute de modèle économique pertinent ! » déplore la Fédération Hospitalière de France qui s’appuie sur cet exemple pour illustrer sa campagne "déverrouillons la télémedecine".
« Au total, 110 consultations par téléphone ont pu être réalisées sur un trimestre. Cette activité représente un peu moins de 10% de l’activité totale de la consultation de certaines spécialités (ORL, Maxillo-facial, gastro-entérologie, imagerie, ambulatoire) et pourrait facilement être doublé, notamment dans le cadre du virage ambulatoire » estime Nathalie Borgne, Directrice adjointe du pôle efficience performance, en charge des projets médicaux innovants et de la télémédecine aux HCL. 
Déployée dans un premier temps au profit des patients détenus, les téléconsultations pré-anesthésiques ont été élargies à un public de patients venant régulièrement pour des interventions. Le protocole opérationnel a été élaboré en respectant d’une part, les recommandations de la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation portant sur les consultations pré-anesthésiques, de celles de la HAS, et d’autre part, le décret sur la sécurité anesthésique et le décret relatif à la télémédecine. Il a été validé par le collège des anesthésistes des Hospices Civils de Lyon et les chirurgiens des disciplines concernées. Cette expérience fait l’objet d’une évaluation au sein du service d’anesthésie de l’hôpital Lyon Sud (HCL). 
Dans une spécialité particulièrement en difficulté en termes de démographie médicale, les téléconsultations pré-anesthésiques constituent un levier d’efficience en évitant des transferts et des déplacements coûteux.
Pour autant, en l’absence de valorisation financière, la charge est intégralement portée par l’établissement hospitalier qui ne bénéficie pas des recettes générées alors même que le dispositif contribue à faire des économies à l’assurance maladie. 
Pour la FHF, « Ces nouvelles pratiques doivent  servir de base à la mise au point d’un modèle financier adapté ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.