Télémédecine en périnatalité

Depuis mai dernier, le Centre de diagnostic prénatal et de médecine f?tale du CHU d'Angers a mis en place une procédure de téléconsultation via le visiostaff. Ainsi les praticiens de certains hôpitaux périphériques peuvent, à distance, solliciter l'avis des experts du CHU sur des dossiers complexes en matière de diagnostic prénatal. Les décisions prises plus rapidement, dans un environnement de haute expertise, améliorent l'offre de soins proposée aux parturientes de la région.

En février 1999, l’Agence Régionale de l’Hospitalisation des Pays de la Loire a fait part de l’appel à projet, organisé par le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité et le Ministère de l’Aménagement du Territoire, relatif à des projets de télémédecine en médecine périnatale. L’objectif de cette démarche était de renforcer dans ce domaine le travail coopératif entre établissements.

A ce titre, le CHU d’Angers a déposé un dossier de télémédecine en médecine périnatale principalement orienté sur la visioconférence (visiostaff pluridisciplinaire et visioformation). Ce dossier a été élaboré en concertation avec les centres hospitaliers de :
– Cholet,
– Sablé – La Flèche
– et du Haut Anjou.
En 2000, ces établissements totalisaient 7 115 accouchements .

Le coût global de cette opération s’élève à 1 200 000 F, 182 939?. Elle a bénéficié d’une subvention à hauteur de 40 %, versée par la Direction des Hôpitaux et la DATAR.
La visioconférence de télémédecine est opérationnelle depuis le 23 mai 2001.
Le projet de télémédecine répond à 2 objectifs principaux :
– améliorer la prise en charge des patientes et l’expertise médicale
– améliorer la formation médicale continue

La téléconsultation, via le visiostaff, favorise une prise en charge plus adaptée des patientes et améliore l’expertise médicale.
En tant que centre de référence en matière de pathologies f?tales et materno f?tales, le C.H.U. d’Angers organise depuis 1999 une réunion hebdomadaire de diagnostic prénatal traitant des dossiers particulièrement complexes.

Ce staff multidisciplinaire est la pierre angulaire du fonctionnement du Centre de diagnostic prénatal et de médecine f?tale, agréé le 04/05/99.

Il coordonne les expertises de praticiens compétents en échographie, obstétrique, génétique, radiologie, néonatalogie, chirurgie pédiatrique. Ouvert aux praticiens des autres établissements, il ne réunit en pratique, pour des raisons de disponibilité et de coût, que les médecins proches d’Angers. Aujourd’hui, la visioconférence permet la diffusion de ce staff hebdomadaire à l’ensemble des hôpitaux participant au projet de télémédecine.

La visioconférence favorise l’aide à la décision et le partage d’expériences entre praticiens.

Conjuguant à la fois gain de temps et haut niveau d’expertise, ce staff « télémédecine » permet d’obtenir à distance, dans les cas difficiles, un avis spécialisé sans déplacement des praticiens. Les décisions prises plus rapidement sont adaptées au cas de chaque patiente.
La visioconférence participe aussi a l’amélioration de la formation médicale continue notamment par l’étude de cas rares et complexes.

Demain, une messagerie médicale

La mise en place d’une messagerie médicale est prévue pour le recueil d ‘avis non urgents. Une réponse hebdomadaire sera assurée aux praticiens.
La mise en ?uvre du projet de télémédecine vise à améliorer le fonctionnement du réseau actuel. Il permet de sélectionner les transferts et les hospitalisations et d’améliorer l’efficacité d’une prise en charge au plus près du domicile de la patiente.

Le fonctionnement technique
Le système de télémédecine fonctionne grâce au réseau RNIS distribué par France Télécom. Il a vocation à s’intégrer dans le réseau régional à haut débit.

Chacun des sites comprend un équipement de visioconférence avec possibilité de projeter les images sur grand écran ce qui leur permet de participer au staff de diagnostic prénatal comme s’ils étaient physiquement présents.
Auteurs : Professeur DESCAMPS, Chef du Service de Gynécologie-Obstétrique,
Agnès SAVALE, Directeur Adjoint -Cellule d’Analyse de Gestion, Direction des Usagers des Finances et du Système d’Information

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.