Télémédecine, innovations : Rennes reconnu par l’ARS Bretagne

Acteur majeur engagé dans le progrès médical et la transformation numérique, le CHU de Rennes se réjouit de la sélection de 4 de ses projets par l’ARS Bretagne. Innovants sur les plans numérique, diagnostique et thérapeutique et aussi sur le plan de l’organisation, ces projets contribueront à réduire les inégalités sociales et territoriales en santé. Focus sur 4 initiatives qui vont améliorer le quotidien des malades : les patients victimes d’Accidents Vasculaires Cérébral (AVC) traités au CH de Redon bénéficieront de téléconsultations et télé-expertises pour une meilleure prévention et un suivi sur mesure...
Acteur majeur engagé dans le progrès médical et la transformation numérique, le CHU de Rennes se réjouit de la sélection de 4 de ses projets par l’ARS Bretagne. Innovants sur les plans numérique, diagnostique et thérapeutique et aussi sur le plan de l’organisation, ces projets contribueront à réduire les inégalités sociales et territoriales en santé.
Focus sur 4 initiatives qui vont améliorer le quotidien des malades
Les patients victimes d’Accidents Vasculaires Cérébral (AVC) traités au CH de Redon bénéficieront de téléconsultations et télé-expertises pour une meilleure prévention et un suivi sur mesure. Les patients souffrant d’artériopathie oblitérante des membres inférieurs pourront pratiquer une activité physique adaptée à partir d’une plateforme interactive. Avec le projet PRE²B, la population rennaise disposera d’un centre d’évaluation et de prévention des expositions environnementales toxiques graves. Enfin une nouvelle organisation est expérimentée pour rendre la détection précoce de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) plus performante et coordonner efficacement le parcours de soins des patients à l’échelle de trois départements bretons.
Des lunettes connectées pour les téléconsultations et télé-expertises AVC avec le CH de Redon 
Face à la raréfaction des ressources médicales en neurologie sur le territoire et à l’augmentation de patients identifiés « AVC » au sein de l’unité de proximité AVC du Centre Hospitalier de Redon, la télémédecine devient un enjeu dans l’amélioration de la prise en charge des patients présentant un AVC confirmé ou suspecté de moins de 4h30. Le projet proposé par le docteur Stéphane Vannier, neurologue et responsable de l’UNV au CHU et le docteur Nicolas Chauvel, responsable des urgences au CH de Redon va permettre de déployer, sur le Centre Hospitalier de Redon, un projet de téléconsultation et de télé-expertise AVC. Après accord de prise en charge, un neurologue du CHU pourra émettre pour ses collègues du Redon (urgentistes) un avis sur les cas d’AVC ou suspicion d’AVC inférieur à 4h30. Il disposera d’un accès direct au dossier informatisé du patient pris en charge et sera équipé de lunettes connectées afin d’avoir un échange visuel et en direct. Cette solution ultramobile et bretonne, permettra d’optimiser la prise en charge des patients de Redon, puis, suite à l’expérience pilote, de ceux des CH du GHT Haute-Bretagne (Fougères et Vitré). 
Une plateforme interactive dédiée à l’activité physique dans l’artériopathie des membres inférieurs 
Autour de la thématique « maladies chroniques et éducation thérapeutique », le projet de plateforme interactive pour le suivi et l’accompagnement en activité physique des patients atteints d’artériopathie oblitérante des membres inférieurs pris en charge au sein du GHT de Haute-Bretagne a obtenu une dotation de 100 000 €. 
Déployée sous la responsabilité du professeur Guillaume Mahé, responsable de l’Unité de Médecine vasculaire du CHU, cette plateforme interactive de télésurveillance permettra aux patients atteints d’artériopathie oblitérante des membres inférieurs de bénéficier d’une solution de réadaptation vasculaire (activité physique pour l’amélioration de la marche) supervisée et personnalisée à distance, basée sur un changement progressif des habitudes de vie à domicile. Cette plateforme se voudra évolutive pour servir dans d’autres pathologies après la phase de validation dans l’artériopathie des membres inférieurs. 
Un centre d’évaluation et de prévention des expositions environnementales potentiellement reprotoxiques 
Porté par Professeur Christophe Paris, chef du service de santé au travail et des pathologies professionnelles du CHU et le docteur Ronan Garlantezec, MCU-PH au service de santé publique et épidémiologie, le projet PRE²B vise à créer un centre d’évaluation et de prévention des expositions environnementales potentiellement reprotoxiques à Rennes. Il s’agit, donc de recueillir et d’évaluer l’impact d’expositions professionnelles et environnementales sur les troubles de la fertilité en proposant aux couples consultant le centre d’AMP du CHU, avec une infertilité de plus de 12 mois, de participer à des consultations pluridisciplinaires dédiées permettant à la fois d’enrichir une base de données ad hoc et de proposer une prise en charge environnementale pluridisciplinaire aux patients . 
La dotation de 70 500 euros porte sur une phase initiale de faisabilité d’une durée d’un an. 
Pour un dépistage en soins primaires de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)
Maladie chronique fréquente, la BPCO est trop tardivement diagnostiquée car son dépistage, pour les patients identifiés à risque, nécessiterait une plus grande sensibilisation des médecins généralistes et un accès facilité aux spécialistes effectuant la spirométrie (test de mesure de la respiration). L’objectif de cette étude (extension) sur 3 départements bretons est donc d’évaluer la meilleure organisation. Il s’agit d’inciter les généralistes à procéder à la détection précoce de la BPCO et à inscrire ensuite le patient dans un parcours de soins coordonné, en proximité avec les spécialistes. La première étape de ce chemin thérapeutique étant l’accès facilité à la spirométrie. Le projet est porté par le Professeur Stéphane Jouneau, pneumologue et le docteur Chapron (CIC Inserm 1414, équipe de recherche en soins primaires).
La dotation par l’ARS Bretagne est de 60 000 euros. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.