Télésurveillance de l’insuffisance cardiaque : essai clinique d’ampleur 850 patients inclus

Dénommé OSICAT pour Optimisation de la surveillance ambulatoire des insuffisants cardiaques par télécardiologie, ce projet de recherche vise à évaluer l’apport médical et économique d’un programme de télésuivi à domicile des patients, sur fond d’éducation thérapeutique et de prise en charge multidisciplinaire. Hypothèse de départ : le suivi à domicile réduit le risque d’aggravation et d’évènements type hospitalisation en urgence et décès.

Dénommé OSICAT pour Optimisation de la surveillance ambulatoire des insuffisants cardiaques par télécardiologie, ce projet de recherche vise à évaluer l’apport médical et économique d’un programme de télésuivi à domicile des patients, sur fond d’éducation thérapeutique et de prise en charge multidisciplinaire. Hypothèse de départ : le suivi à domicile réduit le risque d’aggravation et d’évènements type hospitalisation en urgence et décès.
L’étude inclut 850 patients pendant 18 mois et s’étend sur tout le grand sud avec 40 centres investigateurs, à Lyon, Marseille, Montpellier, Pau, Bordeaux, en plus du CHU de Toulouse, centre coordonnateur de l’étude, sous la responsabilité du Professeur Michel Galinier.
Une innovation : un logiciel sentinelle qui donne l’alerte
Concrètement, le patient reçoit une balance et un questionnaire portant sur les éléments de son suivi quotidien, tel que l’essoufflement la fatigue, les troubles du sommeil, et bénéficie d’un entretien avec une infirmière qui évalue sa compliance au traitement, ainsi qu’aux mesures hygiéno-diététiques, et détecte les signes de décompensation. L’innovation est représentée par un logiciel qui établit un profil journalier et donne l’alarme à l’infirmière si nécessaire. En parallèle, une éducation à la santé est conduite par téléphone.
Un CHU leader en cardiologie et en télémédecine partenaire d’un groupe international spécialisé dans la télésurveillance
Pour mener ce projet, le CHU de Toulouse s’est associé au groupe international ALERE, spécialisé dans la prévention, le diagnostic et le suivi de patients grâce à des tests rapides, et des dispositifs d’autosurveillance et télésurveillance. ALERE à travers le programme Cordiva gère le logiciel de suivi, le dispositif de mesure au domicile des paramètres cliniques et le centre de suivi infirmier. Le CHU de Toulouse, référent en cardiologie et en télémédecine va bénéficier de l’expertise d’une entreprise déjà très bien positionnée dans le domaine des tests d’évaluation de l’insuffisance cardiaque et des solutions de e-santé.
Les résultats de cette étude sont attendus pour 2016. S’ils sont concluants, ALERE lancera la commercialisation de Cordiva en France et le CHU de Toulouse aura progressé dans la compréhension des modes de vie des patients cardiaques et dans le recours à la télémédecine au quotidien et à domicile.
Mis en pratique dans certains pays européens et aux Etats Unis, la télésurveillance à domicile est encore un concept novateur en France.
 —-
Inclusions accélérées pour une meilleure représentativité
En août 2015, cinq nouveaux CHU intègrent l’étude qui s’étend désormais aux régions Languedoc Roussillon, Rhône-Alpes, Aquitaine, PACA et Limousin. Ainsi OSICAT se poursuit avec le soutien du service de Cardiologie du CHU d’Angers (Pays de la Loire), le service de cardiologie du CHU de Brest (Bretagne) et l’unité de Rythmologie et Insuffisance cardiaque du CHU de Dijon (Bourgogne). En septembre ce sera au tour des CHU de Martinique et d’Amiens-Picardie.
Cliquez ici pour accéder à la carte interactive des centres investigateurs OSICAT: http://bit.ly/1EsuSQU

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.