Télétransmissions d’images en Neurotraumatologie

Treize hôpitaux des Pays de Loire et de Bretagne ont constitué un réseau de transmission d'images en neurotraumatologie.

Treize hôpitaux des Pays de Loire et de Bretagne ont constitué un réseau de transmission d’images en neurotraumatologie.

Dans le cadre de l’appel à projet national « e-santé 2000 », 13 établissements de santé des Pays de la Loire et de Bretagne se sont dotés de concert de stations de télétransmission d’images médicales fixes et dynamiques en vue d’accompagner les décisions médicales qui président à la gestion de certains transferts inter-hospitaliers de patients..

Outil d’aide à la décision, ce système de transmission d’images permet aux praticiens des centres hospitaliers de proximité de solliciter rapidement et en toute sécurité l’avis médical spécialisé des praticiens des CHU.

Ce réseau qui s’applique aujourd’hui à la neurotraumatologie permet de décider le plus rapidement possible du transfert d’un patient dans la perspective éventuelle d’une intervention neurochirurgicale.

Cette application de télémédecine tire largement profit des capacités des réseaux régionaux et métropolitains à hauts débits, les durées moyennes de télétransmission étant inférieures à une minute.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.