Télévision à l’hôpital : des bouquets TV plus ou moins garnis

Hospitalisé et toujours téléspectateur. Alité, le téléspectateur fidèle à ses programmes préférés louera un poste surtout s'il séjourne plus de 48h dans un service. Ses préférences iront aux divertissements (cinéma, sport) et aux journaux d'information. Mais les locataires de TV à l'hôpital se heurtent aux points faibles d'un système appelé à se moderniser : l'offre de chaînes trop limitée et les prix pratiqués parfois excessifs. En partenariat avec l'Assistance Publique de Marseille et Réseau CHU, Canal + collectivités a enquêté auprès des patients et responsables administratifs afin de connaître leurs attentes en matière de programmes TV et de tarifs.

Hospitalisé et toujours téléspectateur. Alité, le téléspectateur fidèle à ses programmes préférés louera un poste surtout s’il séjourne plus de 48h dans un service. Ses préférences iront aux divertissements (cinéma, sport) et aux journaux d’information. Mais les locataires de TV à l’hôpital se heurtent aux points faibles d’un système appelé à se moderniser : l’offre de chaînes trop limitée et les prix pratiqués parfois excessifs. En partenariat avec l’Assistance Publique de Marseille et Réseau CHU, Canal + collectivités a enquêté auprès des patients et responsables administratifs afin de connaître leurs attentes en matière de programmes TV et de tarifs.

A l’hôpital, télévision rime avec distraction ! Découvrez les principaux résultats de l’étude, le point de vue des usagers donné par Nicolas Brun, Président d’honneur du Collectif Interassociatif sur la Santé (CISS) et chargé de mission à l’UNAF ainsi que les expérimentations menées dans différents CHRU.

Hospitalisés et toujours téléspectateurs : le dossier

En complément, des articles sur

Lille : Un pied dans le Paysage Audiovisuel Hospitalier Lancée le 1er janvier 2008, la toute nouvelle chaîne télévisée du CHRU de Lille : Hospi TV propose chaque matin de 10h à 11h30, une heure trente de programme maison sur le canal 4 de l’ensemble des téléviseurs du campus. Réalisés entièrement en interne au sein de la délégation à la communication, les films s’articulent autour de plusieurs thématiques : «Les coulisses du CHRU», «Questions de santé», «Ca se passe ici», «Il était une fois»… […] Voir l’article

Marseille : sa chaîne de télévision santé , son Festival de Télévision de santé… L’AP-HM est co-organisatrice du Festival de Télévision de santé. Cette rencontre unique rassemble chaque année professionnels de santé et les spécialistes de l’audiovisuel. Pourquoi un tel événement se tient-il dans la cité phocéenne ? Parce que Marseille est une référence en matière de chaîne de TV hospitalière. En juin 2005, l’AP-HM créait la première chaîne de santé : APHM Télévision
Aujourd’hui, ses programmes sont reçus chaque jour par 4 500 patients hospitalisés dans les 5 sites de l’AP-HM via le canal interne et par 100 000 foyers marseillais via numéricable. Innovatrice, l’AP-HM accompagnée d’autres partenaires du monde hospitalier et des médias, prépare une future chaîne nationale de santé.

Orléans : Location TV : les avantages d’une gestion interne Avec 24 chaînes dont Canal +, Canal Sport et Canal Cinéma proposées à 3,5 euros par jour, le CHR d’Orléans affiche un rapport «variété des chaînes /tarifs» particulièrement attractif. Les personnes hospitalisées sont séduites et le service de location géré en interne dégage des bénéfices au bout d’un an ! Pour en savoir plus Réseau CHU a interviewé Yves Guignard, Responsable télécommunication au CHR d’Orléans…

Poitiers : TV, internet, des loisirs à portée de tous et bientôt le room service L’accès aux distractions : une autre forme d’humanisation. Le renouvellement du marché des téléviseurs a été l’occasion pour Poitiers de concevoir un pack multimédia pour ses patients comprenant la télévision, le téléphone et une nouveauté : l’accès à internet haut débit sans fil. Pour surfer sur la toile, les personnes hospitalisées pourront se connecter à partir de leur ordinateur portable. Il leur en coûtera 4 euros par jour et 8 euros si elles doivent louer un terminal.

Rouen Htv Rouen, la chaîne de télévision gratuite du CHUPlus de 100 000 patients sont hospitalisés chaque année au CHU-Hôpitaux de Rouen pour une durée moyenne de 5 jours. Combien d’entre eux auront pu recevoir une information institutionnelle au cours de leur séjour ? Peu en vérité, car leur principal souci – légitime – est avant tout d’être bien soigné. Pourtant quand on les interroge sur leurs conditions d’hospitalisation, ils sont nombreux à solliciter des temps d’information et de divertissement. En développant sa propre chaîne de télévision , le CHU-Hôpitaux de Rouen fait coïncider les demandes des patients à sa démarche d’ouverture sur la vie de la cité. Cette initiative lui permet aussi de mieux faire connaître l’organisation et le fonctionnement de ses services.

Toulouse : Télé TAM TAM : Tu fais ta télé à l’hôpital Pour rompre l’isolement des enfants hospitalisés, la CHU de Toulouse lance la Chaîne « Télé TAM-TAM » Conçue par et pour les jeunes malades de moins de 15 ans la nouvelle chaîne jeunesse s’adresse également à leurs familles. Au programme des émissions évasion : loisirs, lecture, cinéma, musique commentée par les enfants…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.