TEP hautes performances pour l’exploration fonctionnelle cérébrale

Le projet MicroTep vise à créer un tomographe par émission de positons haute résolution, destiné à l'exploration fonctionnelle du cerveau et à une meilleure connaissance des maladies dégénératives (Parkinson, Alzheimer…). Attendu par la communauté médicale, le matériel très innovant est développé par l'équipe hospitalo-universitaire "Intervention Ingénierie Imagerie et Innovation en Santé" de l'Université de Franche Comté et du CHU de Besançon.

Le projet MicroTep vise à créer un tomographe par émission de positons haute résolution, destiné à l’exploration fonctionnelle du cerveau et à une meilleure connaissance des maladies dégénératives (Parkinson, Alzheimer…). Attendu par la communauté médicale, le matériel très innovant est développé par l’équipe hospitalo-universitaire « Intervention Ingénierie Imagerie et Innovation en Santé » de l’Université de Franche Comté et du CHU de Besançon.

MicroTep réalise le saut technologique majeur qui consiste à remplacer les tubes photomultiplicateurs habituellement utilisés dans ces appareils par des photo-détecteurs état solide caractérisés par une extrême miniaturisation autorisant une géométrie optimale du détecteur. Cette architecture permet d’obtenir une résolution spatiale millimétrique constante sur l’ensemble du volume étudié, à la différence des appareils TEP actuellement commercialisés.
Une autre caractéristique particulièrement intéressante des photodiodes utilisées est leur insensibilité au champ magnétique, ce qui permet de réaliser un appareil double modalité TEP-IRM. La fusion de ces deux modalités essentielles de l’imagerie médicale cérébrale permettra d’obtenir à la fois l’information fonctionnelle et l’information morphologique nécessaires à un diagnostic précoce et fiable.

Ce projet est issu des travaux de recherche menés par une équipe hospitalo-universitaire du CHU de Besançon et de l’Université de Franche-Comté. A sa tête par Michel Parmentier, Ingénieur et HDR qui a dirigé les thèses de physique de deux jeunes étudiants, Najia Tamda et Aboubakr Bakkali. Ces trois chercheurs sont à l’origine de la création de la Jeune Entreprise Innovante IMACISIO incubée depuis deux ans en Franche-Comté. Ils ont été lauréats de la 9e édition du concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes organisé par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche qui a attribué une aide financière de 350 k€ à la jeune entreprise.

La création du prototype nécessitera deux années de recherche et développement qui seront effectuées en grande partie au laboratoire Intervention Ingénierie Imagerie et Innovation en Santé (Li4s) du CHU de Besançon et de l’Université de Franche-Comté. Le Li4s est membre de l’IFR 133 de Besançon et collaborera avec le nouveau Centre d’Investigations Cliniques et Innovations Technologiques (CIC IT) du CHU de Besançon.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.