TF1 vous invite à vivre « 24h aux urgences » du CHRU de Montpellier

« Miroir fidèle de notre société, parfois de ses excès, où le temps ne s’arrête jamais »*, les urgences ont inspiré à SHINE Production (masterchef, baby-boom) une série de 6 documentaires à paraître sur TF1 du 15 janvier à 23h20 au 19 février. Accueillies pendant 10 jours et 10 nuits au CHRU de Montpellier, les équipes de tournage ont installé 60 caméras au sein de l’unité et accompagné les sorties du SAMU pour saisir 24h/24 l’envers du décor et la diversité des situations vécues.

« Miroir fidèle de notre société, parfois de ses excès, où le temps ne s’arrête jamais »*, les urgences ont inspiré à SHINE Production (masterchef, baby-boom) une série de 6 documentaires à paraître sur TF1 du 15 janvier à 23h20 au 19 février.  Accueillies pendant 10 jours et 10 nuits au CHRU de Montpellier, les équipes de tournage ont installé 60 caméras  au sein de l’unité et accompagné les sorties du SAMU pour saisir 24h/24 l’envers du décor et la diversité des situations vécues.
 « Ce dispositif innovant et exigeant saisit sans artifice et sans concession tous les moments de doute, de stress, de lassitude, d’émotion et de joie. » explique Pascal Pinning, directeur des magazines de TF1. Une manière originale de promouvoir à grande échelle le travail des médecins urgentistes, infirmiers, aides-soignants, ambulanciers… Des professionnels dévoués et passionnés par un métier qui ne laisse aucun répit, où chaque seconde compte.
Les épisodes suivent l’histoire des patients et de leurs proches. Dans la mesure du possible, leur parcours est montré dans son intégralité, c’est-à-dire de l’arrivée au service jusqu’à leur sortie du CHRU.
Interrogé sur les raisons qui ont motivé l’ouverture des portes à une société de production, le Pr Jean-Jacques Eledjam  avance son désir de valoriser un service-vitrine de l’hôpital, en mettant en avant ses acteurs, ceux qui s’impliquent tous les jours pour les autres. « 24H aux Urgences poursuivait exactement cette même volonté. Lorsque l’on nous a proposé d’avoir un regard extérieur, sans sensiblerie et attaché au personnel des Urgences, je n’ai pas hésité. Nous avons eu affaire à de véritables professionnels. Aujourd’hui, je leur suis infiniment reconnaissant, car ils vont montrer la réalité. »
Avant le tournage, une équipe de Shine France s’était immergée pendant plus de trois mois au CHRU, un investissement qui a permis de créer des liens de confiance, indispensables pour saisir l’humanité d’un métier au service de la vie. Les prises de vues ont été réalisées dans le respect des règles déontologiques et du droit à l’image.
 
Rendez-vous sur TF1 dans 15 jours… pour  partager le quotidien ceux qui consacrent leur vie à sauver celle des autres.
Et en avant-première les bandes annonces
 
*extrait de l’édito de Pascal Pinning, directeur des magazines publié dans le dossier de presse de lancement de la série

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.