Thérapie Cellulaire : Toulouse en pôle position

Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse et l'Etablissement français du sang Pyrénées Méditerranée, signent une convention de partenariat pour renforcer leur collaboration en matière de thérapie cellulaire (utilisation de cellules souches et de la moelle). Ces thérapeutiques sont devenues indispensables pour le traitement de nombreux cancers. D'autres applications s'avèrent tout aussi riches d'espoir : la réparation musculaire, cardiaque et vasculaire et le soutien de l'activité de la moelle osseuse. Chaque année, plus de 100 greffes sont réalisées au CHU de Toulouse.

Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse et l’Etablissement français du sang Pyrénées Méditerranée, signent une convention de partenariat pour renforcer leur collaboration en matière de thérapie cellulaire (utilisation de cellules souches et de la moelle). Ces thérapeutiques sont devenues indispensables pour le traitement de nombreux cancers. D’autres applications s’avèrent tout aussi riches d’espoir : la réparation musculaire, cardiaque et vasculaire et le soutien de l’activité de la moelle osseuse.
Chaque année, plus de 100 greffes sont réalisées au CHU de Toulouse.

Deux essais sont actuellement en cours
ACellDREAM (Adipocyte Cell Derived Regenerate Endothelial and Angiogenic Medecine). Il s’agit d’injecter des cellules souches du tissu adipeux dans les membres inférieurs pour soigner l’artérite.

MESAMI (MEsenchymal Stem cells Autograft for Myocardial Ischemia)
Il s’agit d’injecter en intracardiaque des cellules souches mésenchymateuses issues de la moelle osseuse pour soigner les insuffisances cardiaques.

Une collaboration prometteuse
Ce partenariat étroit positionne le CHU de Toulouse et l’Etablissement français du sang Pyrénées Méditerranée (EFS PM), comme des acteurs incontournables de la médecine reconstructrice pour des pathologies très fréquentes telles que l’Infarctus, les artérites, les reconstructions osseuses, disciplines dans lesquelles les équipes médicales toulousaines sont particulièrement en pointe. Les bénéfices patients sont nombreux : ils sont rapidement intégrés aux protocoles thérapeutiques et reçoivent très vite les nouveaux traitements dans le cadre d’essais cliniques.

Cette convention préfigure les modes de fonctionnement qui seront implantés sur le Cancéropôle de Langlade au sein de la Clinique Universitaire du Cancer avec notamment le service d’hématologie du CHU, reconnu comme leader au plan régional : raccourcir les délais pour la mise en place de protocoles thérapeutiques auprès des patients, leur faire bénéficier au plus vite des nouveaux traitements dans le cadre d’essais cliniques.

Le CHU de Toulouse est impliqué dans la Thérapie Cellulaire sur des disciplines phares grâce à la compétence et à la dynamique de ses équipes médicales : le service d’Hématologie qui possède une bonne expérience des greffes de moelles osseuses et développe des programmes de recherche clinique sur les hémopathies malignes (Myélomes et Leucémies).

le pôle Cardio Vasculaire et Métabolisme est engagé en tant que centre associé aux programmes MAGIC (Myoblasts Autologous Grafting in Ischemic Cardiomyopathy) et BONAMI (BONe marrow cells in Acute Myocardial Infraction) dans des recherches sur les cardiomyopathies aigues et chroniques.

Le Centre d’Investigation Clinique (CIC) du CHU de Toulouse labellisé par l’INSERM et la DHOS a été doté dès 1995 d’une Unité Fonctionnelle en Biothérapie dirigée par le Pr. Louis Buscail, avec pour mission est de développer les Thérapies Cellulaires et Géniques au sein des deux institutions.

L’EFS Pyrénées Méditerranée, spécialiste de l’Ingénierie Cellulaire
L’équipe toulousaine du service de Thérapie Cellulaire dirigée par Philippe Bourin prépare des greffons de cellules issues de la moelle osseuse ou du sang périphérique pour soigner les malades de Midi-Pyrénées atteints de cancers des cellules du sang.
Elle participe également aux essais cliniques qui devront permettre, dans l’avenir, de réaliser de nouveaux produits de thérapie cellulaire. Ainsi, elle dispose du potentiel nécessaire à l’exploitation des cellules souches comme nouveau produit de thérapie cellulaire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.