« Thèse et antithèse » ou comment peut-on être chercheur?

En ces temps de doute et d’inquiétude, où les citoyens attendent que les scientifiques sortent de leurs tours d’ivoire et déposent les armes dans leurs guerres d’égo, « THÈSE ET ANTITHÈSE » livre une réflexion décapante et néanmoins humoristique sur le divorce entre la société et la science. Les 22 et 29 novembre 2020 au Laurette Théâtre à Paris.

En ces temps de doute et d’inquiétude, où les citoyens attendent que les scientifiques sortent de leurs tours d’ivoire et déposent les armes dans leurs guerres d’égo, « THÈSE ET ANTITHÈSE » livre une réflexion décapante et néanmoins humoristique sur le divorce entre la société et la science. les 22 et 29 novembre 2020 au Laurette Théâtre à Paris.
Cette pièce en 7 actes est directement inspirée du vécu de l’auteure, Marie-Georges Fayn qui a la particularité d’avoir débuté une thèse alors qu’elle avait largement franchi le seuil de la cinquantaine. D’où un vibrant plaidoyer pour ouvrir la recherche aux quinquas… Elle fait ses premiers pas au théâtre en tant qu’auteure-productrice de la pièce « THESE ET ANTITHESE » où elle livre un regard à la fois fasciné, amusé, effaré sur le monde des cerveaux en ébullition.

Deux visions de la recherche

Deux visions de la recherche s’affrontent dans cette fresque scientifiquement et sociologiquement jubilatoire ! La scène est tour à tour occupée par des inventeurs à succès et des thésards rêveurs qui se passionnent pour la quête perpétuelle de vérité, fondée sur le doute et… l’humilité. Enthousiastes, ils portent en eux le secret espoir de changer le monde et de voir leur génie enfin reconnu ! S’invitent aussi des consommateurs déboussolés, devenus les jouets d’une science toute puissante, à la merci de sombres spéculations.
 
«C’est drôle et cela pose toutes les questions».
Cédric Villani, Mathématicien, lauréat de la médaille Fields (2010), Député de la 5ème circonscription de l’Essonne (91)

« Inventeurs mal compris, thésards rêveurs, directeurs de thèses paranoïaques, utilisateurs de la technologie dépassés par les événements… 
Avec un humour parfois acide, Marie- Georges Fayn nous décrit un monde où la recherche académique, en principe au service de l’humain, devient une marchandise comme une autre, obéissant aux lois du marché, s’éloignant inexorablement de sa noble mission et causant des dégâts collatéraux».
Rachid Yazami, électro-chimiste, inventeur de l’anode graphite des batteries lithium-ion, lauréat du prix Draper (2014)

A qui s’adresse ce spectacle?

A celles et ceux qui suivent l’actualité et constatent qu’il est prudent / urgent de ne pas laisser la science aux seuls scientifiques ou au marché,
Aux lycéen-nes attiré-es par les carrières scientifiques, étudiant-es, doctorant-es, post doctorant-es, à leurs proches, aux enseignants et aux doyens,
A toutes les personnes subjuguées par la course sans fin du progrès et aux sceptiques qui finalement n’ont pas tout à fait tort !

Pour en savoir plus : THESE ET ANTITHESE

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.