Thymomes : le CHU de Lyon labellisé par l’INCA

Cancers rares, les tumeurs du thymus ont une incidence estimée à 250 cas par an en France. Leur traitement repose sur la chirurgie, associée à la radiothérapie et la chimiothérapie en cas de tumeur avancée. Mais la survenue d’un thymome est souvent associée à des manifestations auto-immunes spécifiques, dont la prise en charge et l’évolution impactent le traitement oncologique. De plus, les récidives tumorales sont fréquentes et requièrent des soins spécialisés.

Cancers rares, les tumeurs du thymus ont une incidence estimée à 250 cas par an en France. Leur traitement repose sur la chirurgie, associée à la radiothérapie et la chimiothérapie en cas de tumeur avancée. Mais la survenue d’un thymome est souvent associée à des manifestations auto-immunes spécifiques, dont la prise en charge et l’évolution impactent le traitement oncologique. De plus, les récidives tumorales sont fréquentes et requièrent des soins spécialisés.
Les Hospices Civils de Lyon ont été labellisés par l’Institut National du Cancer (INCa) comme Centre Expert National du réseau RYTHMIC « Tumeurs Thymiques et Cancer », en association avec l’Institut Gustave Roussy (Villejuif). Le coordonnateur du centre lyonnais est le Dr Nicolas Girard (Service de Pneumologie de l’Hôpital Louis Pradel, Pr Jean-François Cordier). La prise en charge des tumeurs thymiques est multidisciplinaire, et implique également, aux Hospices Civils de Lyon, le service de chirurgie thoracique (Pr François Tronc), le service de radiothérapie, le centre de référence des syndromes neurologiques paranéoplasiques (Pr Jérôme Honnorat), les services d’imagerie radiologique et d’anatomie pathologique.
Le centre lyonnais a coordonné la mise en place d’un référentiel national de prise en charge des tumeurs thymiques, validé par le réseau. Au niveau de la région Rhône-Alpes-Auvergne, le service de Pneumologie de l’Hôpital Louis Pradel organise une réunion de concertation pluri-disciplinaire de recours bimensuelle, animée par les médecins pneumologues, oncologues, chirurgiens thoraciques, et anatomo-pathologistes du Groupement Hospitalier Est, et offrant aux praticiens prenant en charge des patients atteints de tumeur thymique la possibilité de discuter la stratégie thérapeutique de façon collégiale. Une relecture anatomopathologique systématique des échantillons tumoraux se met en place. En alternance avec ces réunions régionales, les dossiers les plus complexes sont discutés lors d’une réunion de concertation pluri-disciplinaire de recours nationale, par téléconférence, animée en alternance par le centre lyonnais et le centre de l’Institut Gustave Roussy. Des essais thérapeutiques évaluant de nouvelles stratégies de prise en charge de ces tumeurs, sont en cours de développement au sein de l’Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique

En savoir plus sur les centres de référence

La labellisation de centres de référence pour les cancers rares est une mesure importante du Plan Cancer 2009-2013. Garantie de qualité et d’expertise, ces centres apportent une réponse aux  difficultés actuelles rencontrées par les malades pour obtenir un diagnostic précis en cas de cancer rare, et lui prodiguer des soins adaptés à la spécificité et à la complexité de sa pathologie. En effet, l’insuffisance d’accès aux essais cliniques peuvent entraîner l’errance du patient, des retards ou des approximations (voire des erreurs) de diagnostic, et une prise en charge thérapeutique non optimale.
Le Centre Expert National coordonne le réseau de centres experts régionaux et interrégionaux sur l’ensemble du territoire national. Ce maillage permet d’assurer une filière de soins optimale à un patient, combinant à la fois l’expertise d’un centre hautement spécialisé et une prise en charge de proximité..

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.