Toi + Moi : le recrutement version lip dub

Sur une adaptation libre du tube Toi + Moi de Grégoire, 115 professionnels volontaires des Hospices Civils de Lyon (HCL) chantent et dansent pour séduire les internautes et surtout pour inciter infirmiers, infirmiers spécialisés et aides soignants à venir travailler à leurs côtés à Edouard Herriot : « Allez, venez et entrez dans l’ambiance - Venez soigner, croisons nos expériences ». Aujourd’hui le recrutement est un casse-tête pour beaucoup d’établissements qui redoublent d’imagination pour attirer de nouveaux talents. Lyon s’est lancé dans le lip dub après Limoges. L’enjeu est de taille, plus de 33 infimiers, 10 infimiers de blocs et 8 infirmiers anesthésistes et une dizaine d’aides soignants sont à pourvoir…

Sur une adaptation libre du tube Toi + Moi de Grégoire, 115 professionnels volontaires des Hospices Civils de Lyon (HCL) chantent et dansent pour séduire les internautes et surtout pour inciter infirmiers, infirmiers spécialisés et aides soignants à venir travailler à leurs côtés à Edouard Herriot : « Allez, venez et entrez dans l’ambiance – Venez soigner, croisons nos expériences ». Aujourd’hui le recrutement est un casse-tête pour beaucoup d’établissements qui redoublent d’imagination pour attirer de nouveaux talents. Lyon s’est lancé dans le lip dub après Limoges. L’enjeu est de taille, plus de 33 infimiers, 10 infimiers de blocs et 8 infirmiers anesthésistes  et une dizaine d’aides soignants sont à pourvoir…

Pourquoi un clip ?

Les techniques traditionnelles de recrutement, annonces par voie de presse et tenues de stand sur les salons, restent indispensables mais ne suffisent plus tant la concurrence entre employeurs est rude, d’autant que les salaires indexés sur la grille de la fonction publique hospitalière sont partout les mêmes. Alors pour faire la différence, les établissements vantent l’excellente réputation des services, les 1ères mondiales qu’ils ont signées, les équipements de dernière génération, les avantages sociaux, les perspectives de carrière… et l’esprit d’entreprise qui habite l’institution. Le clip va permettre d’incarner les valeurs et de réaliser une visite du site en chanson :
« A l’hôpital nous vous accompagnons,
Sur le terrain et lors des formations
Et tous ensemble, nous battrons des records
Sur ce chemin, tu grandiras encore »

Le clip, bien plus qu’une campagne de recrutement

Les promoteurs de ce nouveau média lui reconnaissent bien d’autres qualité dont la capacité à créer des liens en interne. Pour Fanny Fleurisson, directrice des Ressources Humaines de l’hôpital Edouard Herriot, le clip est aussi l’occasion de fédérer les personnels autour d’une création qui restera gravée sur la toile « vivre et partager une expérience originale, se découvrir et se retrouver autour de quelque chose de différent, au sein de l’hôpital, quelle que soit sa spécialité, son grade, son âge…  »
Le clip a été tourné le week-end du 14/15 mai. Mais avant, il aura fallu beaucoup d’imagination et d’engagement. Après une première présentation du projet aux professionnels d’Edouard Herriot, des ateliers ont travaillé de février à mars sur le choix de la chanson, l’écriture des paroles de la chanson, l’enregistrement de la chanson (en studio mobile, à l’hôpital), l’écriture du scénario, le repérage des lieux et réalisation des accessoires et la création de la chorégraphie, suivie de plusieurs répétitions.

Combien ça coûte ?

L’hôpital Edouard Herriot s’est appuyé sur les compétences d’une société de production spécialisée dans la réalisation de clips et les Ressources Humaines (Yaca TV) et a pu compter sur l’aide bénévole d’un chorégraphe (Rodolphe Rousseau), pour l’animation des ateliers de création du ballet et d’écriture des refrains.
La réalisation du clip représente un budget total de 13 000 € pris sur l’enveloppe « Accueil, attractivité » du plan de formation. Une autre partie a été prélevée sur les contrats locaux d’amélioration des conditions de travail. L’initiative L’initiative a été portée par la Direction des Ressources Humaines et la Direction des Soins, avec le soutien de la Direction Générale des HCL et l’appui logistique de la Direction de la Communication des HCL

Pour visionner le clip et le making-off 

 http://www.chu-lyon.fr/web/3423
Le making-off : files.me.com/yacatv/oa8diz.mov
La référence en matière de lip dub reste celui de l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal qui a fait le buzz dès sa mise en ligne décidant 5 000 professionnels à envoyer leur candidature.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.