Tomothérapie : 1er poste en Martinique

Avec l'acquisition par le CHU de Martinique de l'unique tomothérapie de l'île, la population martiniquaise souffrant de certaines formes de cancers complexes bénéficie d'un traitement optimal. Ce système de radiothérapie à modulation d’intensité guidé par imagerie 3D apporte une grande précision dans le ciblage et dans la dose irradiée, préservant les organes sains sensibles.

Avec l’acquisition par le CHU de Martinique de l’unique tomothérapie de l’île, la population martiniquaise souffrant de certaines formes de cancers complexes bénéficie d’un traitement optimal. Ce système de radiothérapie à modulation d’intensité guidé par imagerie 3D apporte une grande précision dans le ciblage et dans la dose irradiée, préservant les organes sains sensibles.

Cet appareil qui complète l’équipement de radiothérapie va permettre de réduire les délais de prise en charge des patients du CHUM, tout en maintenant un niveau élevé de sécurité et de qualité des soins.
Son acquisition d’un montant de 3 millions d’euros a été financée par leasing.
La tomothérapie est utilisée pour des cas précis : tumeurs du cervelet et de la moelle épinière, cancers pédiatriques (tumeurs du cerveau ou abdomino-pelviennes), sarcomes rétropéritonéaux, Hodgkin et lymphomes, cancers de la tête et du cou, ou métastases multiples.
En Martinique, le cancer touche chaque année près de 1 500 personnes et le CHU de Martinique réalise près de 17 000 traitements de radiothérapie par an.
Depuis le 1er janvier 1977, le Centre oncologique de l’hôpital Clarac se donne pour ambition de répondre aux besoins des patients en innovant toujours pour proposer aux patients traités sur le territoire les dernières technologies et faire reculer le cancer.
La radiothérapie au CHU de Martinique c’est en 2013
• 739 patients traités
• 17 000 séances
• 5 médecins séniors
• 3 physiciens séniors
• 16 manipulateurs de radiothérapie
 
Le Centre de l’hôpital Clarac c’est aussi en 2013
• En Hôpital de Jour : 4 500 séances et 636 patients
• En Hôpital de Semaine : 1 111 séjours et 371 patients
• 886 patients pris en charge pour leur première fois

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.