TomoTherapy : le CHUGA partage son expérience

Un an après l’arrivée de la TomoTherapy® au CHU Grenoble Alpes, le service de radiothérapie a organisé une soirée retour d’expérience. Le CHUGA est le seul établissement public de santé disposant de cette innovation majeure dans l’arc alpin.
Un an après l’arrivée de la TomoTherapy® au CHU Grenoble Alpes, le service de radiothérapie a organisé une soirée retour d’expérience, ce jeudi 15 juin 2017 à la faculté de Médecine de Grenoble. Le CHUGA est le seul établissement public de santé disposant de cette innovation majeure dans l’arc alpin.
Fortement engagé dans la lutte contre le cancer, le CHU Grenoble Alpes (CHUGA) investit dans les nouvelles technologies pour mieux traiter les patients atteints d’un cancer. En 2016, le service de radiothérapie du CHUGA a fait l’acquisition de deux TomoTherapy®. La TomoTherapy® est à la fois une machine et une méthode avancée de traitement par modulation d’intensité en radiothérapie des cancers avec un repositionnement tridimensionnel guidé par l’image. 
L’apport de cet appareil, qui représente un investissement de plusieurs millions d’euros pour le CHU Grenoble Alpes, est une véritable plus-value technologique en augmentant la faisabilité des traitements les plus complexes et dans certaines situations, les chances de guérison sans séquelle.
« Tous les objectifs recherchés ont été atteints » explique le professeur Jacques Balosso, responsable du service de radiothérapie au CHUGA. « Avec l’arrivée de la TomoTherapy, nous pouvons désormais traiter des patients ayant des localisations tumorales multiples en même temps ce qui représente une avancée majeure en radiothérapie. Ces machines issues des dernières technologies en la matière permettent de conformer la dose de rayon de manière finement adapté à la forme des tumeurs. Autre avantage, la TomoTherapy simplifie grandement la prise en charge des patients car l’appareil permet une approche univoque de toutes les situations possibles », précise le radiothérapeute qui conclut : « Enfin, le CHUGA peut se réjouir d’avoir deux machines identiques afin de ne jamais avoir de période de rupture d’activité ». 
Seul hôpital de l’arc alpin a disposé de cette innovation majeure, le CHU Grenoble Alpes a profité de cette date anniversaire pour convier radiothérapeutes, médecins et physiciens impliqués dans la radiothérapie pour échanger et partager autour de la TomoTherapy.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.