Toulouse à la pointe de la chirurgie cardiaque: Alex, opéré d’une malformation rare, fête ses un an

Alex est né, prématuré, avec une forme extrêmement rare de malformation cardiaque. Opéré une première fois à l'âge de trois jours, puis à 7 mois en avril 2018, il fête aujourd'hui ses un an. Il se porte bien et grandira normalement. Grâce à la prouesse médicale réalisée par le Dr Fabio Cuttone, chirurgien cardiaque à l’hôpital des Enfants du CHU de Toulouse et son équipe.
Alex est né, prématuré, avec une forme extrêmement rare de malformation cardiaque. Opéré une première fois à l’âge de trois jours, puis à 7 mois en avril 2018, il fête aujourd’hui ses un an. Il se porte bien et grandira normalement. Grâce à la prouesse médicale réalisée par le Dr Fabio Cuttone, chirurgien cardiaque à l’hôpital des Enfants du CHU de Toulouse et son équipe.  
A la naissance, le cœur d’Alex était atteint de multiples malformations qui, à court terme, ne pouvait pas lui permettre de survivre. Il s’agit alors d’un cas exceptionnel de VDDI (ventricule droit à double issue) associée à une malposition des gros vaisseaux, à une sténose pulmonaire, ainsi qu’à la présence d’une double coronaire droite, tout ceci en présence d’une artère pulmonaire naissant du canal artériel. Seulement deux cas d’anomalie pulmonaire associée à un VDDI ont été recensés avant celui d’Alex.  

Un geste chirurgical exceptionnel pour réparer une anomalie rare

Pour tenter de le sauver, le Dr Fabio Cuttone, chirurgien cardiopédiatre de l’hôpital des Enfants, va réaliser un acte chirurgical très complexe: «L’enjeu était de permettre à l’enfant de vivre avec un cœur totalement normal. Pour cela, nous avons utilisé une technique très rarement pratiquée en France et jusque-là sur un cas d’un tel niveau de complexité».
Après une première intervention sur l’artère pulmonaire gauche, Alex est opéré une seconde fois d’une rotation conotroncale en avril 2018. Ce type de reconstruction n’avait jusqu’alors jamais été utilisé dans le cas d’un VDDI associé à une anomalie pulmonaire. 
En France, dans le cas de pathologies similaires, très peu de centres hospitaliers exécutent ce geste qui permet de redonner un cœur normal au patient.  De manière générale, on favorise des techniques de réparation à l’étage ventriculaire, c’est-à-dire que l’on crée des tunnels intracardiaques.
«Dans le cas d’Alex nous avons fait le choix de réaliser une rotation conotroncale. Nous avons fait un prélèvement en bloc de l’aorte et de l’artère pulmonaire, puis procédé à une  rotation à 180° et à une réimplantation du bloc dans sa position anatomique, explique, confirme le Dr Cuttone. La prise de risque était importante mais nous avons privilégié le bénéfice patient à long terme et redonner à l’enfant un cœur sans anomalie»

Un coeur remis à neuf pour une vie normale

Lors de cette seconde opération, Alex a 7 mois et pèse 7 kilos. L’intervention va durer 140 minutes, au cours desquelles son cœur est mis en arrêt pour permettre l’acte. Un exploit chirurgical réalisé par le Dr Cuttone en collaboration avec le Pr Bertrand Léobon, chirurgien cardiaque, le Dr Gerald Chausseray, cardio-anesthésiste pédiatrique, le Dr Lionel Berthomieu, réanimateur en pédiatrie et l’équipe de cardiologie du Dr Yves Dulac.
Alex dans les bras du Dr Fabio Cuttone, chirurgien cardiaque qui l’a opéré à l’hôpital des Enfants du CHU de Toulouse (Crédit : CHU de Toulouse)
Après 15 jours d’hospitalisation seulement, Alex rentre chez lui avec un cœur totalement sain.  Aujourd’hui, il se rend chaque mois au CHU pour une visite de contrôle et se développe normalement grâce à son cœur tout neuf. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.