Toulouse, patrie du SAMU, célèbre son cinquantenaire

A l'occasion de l'exposition « Les 50 ans du SAMU 31 », le CHU de Toulouse revient sur les origines du Service d’Aide Médicale Urgente qui remontent à la médecine de guerre. Dès 14-18, les médecins militaires intervenant au chevet des soldats de la grande guerre ont acquis des connaissances bien spécifiques qu'ils ont ensuite partagées avec la médecine civile.

A l’occasion de l’exposition « Les 50 ans du SAMU 31 », le CHU de Toulouse revient sur les origines du Service d’Aide Médicale Urgente qui remontent à la médecine de guerre. Dès 14-18, les médecins militaires intervenant au chevet des soldats de la grande guerre ont acquis des connaissances bien spécifiques qu’ils ont ensuite partagées avec la médecine civile.
La médecine de catastrophe a bénéficié de leur expertise pour mieux organiser les secours en cas d’afflux de blessés. De même en chirurgie plastique, les soins dispensés aux gueules cassées ont ouvert la voie à la reconstitution des visages, par exemple en cas d’opérations mutilantes suite à un cancer. Ces connaissances ont complété celles acquises par les secours civils, déjà présents depuis la fin du XVIIIème siècle avec les secours portés aux noyés notamment et par la médecine d’urgence évoquée par le docteur Tissot dans son Avis au peuple sur sa santé.
Dès la fin du XIXème siècle, les premières ambulances hippomobiles voient le jour à New York puis Paris avec une amorce de régulation. Malgré de bon résultats en matière statistiques (plusieurs milliers de personnes secourues ainsi en 1907 à Paris) cette médecine préhospitalière disparaît au début du XXème siècle pour des raisons budgétaires. Pendant les deux guerres mondiales, les secours militaires se structurent et se perfectionnent ; cet héritage logistique bénéficiera aux populations civiles dès la seconde moitié du XXème siècle.
En 1955 apparaissent les premières équipes mobiles de réanimation françaises (accidents de la route & paralysie respiratoire) et dix ans plus tard les SMUR Services Mobiles d’Urgence et de Réanimation, attachés aux hôpitaux, sont créés.

1968 : le 1er SAMU de France est fondé à Toulouse par le Pr Louis Lareng

Voici qu’en 1968 le premier service d’Aide Médicale Urgente – SAMU – est fondé à Toulouse par le Pr Louis Lareng. Le célèbre urgentiste s’inspire de la logistique déployée 50 ans plus tôt lors de la Première Guerre Mondiale.
Pour rendre hommage à cette initiative qui a transformé l’univers du grand secours porté aux blessés, dans tous les pays du monde, le CHU de Toulouse organise d’avril 2019 à avril 2021 une exposition muséographique « Les 50 ans du SAMU 31 » . L’exposition retrace l’histoire et le fonctionnement de ce service mobile qui amène l’hôpital auprès des blessés.
Regroupant photos, uniformes, documents sonores et objets issus de collections hospitalière et privées, cette nouvelle muséographie institutionnelle met en scène les différents acteurs et les situations d’urgence.

Renseignements pratiques

« Les 50 ans du SAMU 31 »
Du lundi au vendredi de 9h à 18h ; dimanches de 11h à 18h. Fermé le samedi
Espace Jean de Rudelle – Accueil Conciergerie
Hôtel-Dieu Saint-Jacques
2 rue Viguerie
Entrée gratuite
Exposition accessible aux personnes en situation de handicap moteur
Sur le même sujet
1er SAMU de France, le SAMU 31 célèbre ses 50 ans  
Hommage au créateur du 1er SAMU de France : le Pr Louis Lareng

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures prêt, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.