Toulouse inaugure sa clinique universitaire du sport

Cet été, le CHU de Toulouse a inauguré sa toute nouvelle clinique universitaire du sport (CUS), en présence de la ministre de la Jeunesse et des Sports, Roxana Maracineanu. Installée à l’hôpital Pierre-Paul Riquet, sur le site de Purpan, ce centre réunit un service de médecine du sport et un réseau dense de spécialités médicales et chirurgicales, avec un but commun: la prise en charge médicale des sportifs de tous niveaux, professionnels et amateurs, et aussi l’accompagnement des patients porteurs de pathologies chroniques désireux de reprendre une activité physique. Au-delà du soin, les missions de la CUS portent aussi sur l’enseignement et la recherche.

Cet été, le CHU de Toulouse a inauguré sa toute nouvelle clinique universitaire du sport (CUS), en présence de la ministre de la Jeunesse et des Sports, Roxana Maracineanu. Installée à l’hôpital Pierre-Paul Riquet, sur le site de Purpan, ce centre réunit un service de médecine du sport et un réseau dense de spécialités médicales et chirurgicales, avec un but commun:  la prise en charge médicale des sportifs de tous niveaux, professionnels et amateurs, et aussi l’accompagnement des patients porteurs de pathologies chroniques désireux de reprendre une activité physique. Au-delà du soin, les missions de la CUS portent aussi sur l’enseignement et la recherche.
« La CUS est ouverte à tous, pour permettre aux sportifs, quels que soient leur âge et leur niveau, de développer leur performance tout en préservant leur santé». Ainsi, le Pr Pierre Mansat, chirurgien traumatologie-orthopédie, chef du Pôle Inflammation, Infection, Immunologie, Locomoteur (I3LM) du CHU de Toulouse, envisage-t-il sa mission à la direction de la Clinique Universitaire du Sport dès octobre prochain. 

Une équipe d’experts en médecine du sport

Les médecins du sport Virginie Pécourneau, rhumatologue, et Fabien Pillard, physiologiste, épidémiologiste, et entraîneur sportif, tous deux experts auprès des Fédérations françaises de Rugby, de Cyclisme, d’Athlétisme et de Moto¬cyclisme, en sont les chevilles ouvrières. Ils sont assistés par le Dr Sophie Gleizes-Cervera (médecin de rééducation fonctionnelle et médecin du sport, spécialiste de l’handisport), le Dr Maxime Valet (médecin de santé publique et médecin du sport mais aussi sportif de haut niveau, auréolé de 2 médailles de bronze en escrime aux jeux paralympiques de Rio), et plusieurs internes.
«La force de notre équipe, c’est notre spécialisation dans la médecine du sport: notre activité clinique, nos recherches et nos enseignements sont largement organisés sur cette thématique» précise le Dr Pillard

Au cœur d’un réseau de compétences médicales

Les médecins du sport de la CUS travaillent en liens étroits avec leurs collègues des différents services de l’hôpital, tous situés à proximité immédiate de leurs locaux. En effet, la CUS se trouve au cœur d’un réseau complet de compétences médicales telles que l’orthopédie-traumatologie, la rhumatologie, la neurologie, la neurochirurgie, l’imagerie médicale, la médecine interne, et bien d’autres spécialités.
Cette proximité facilite les prises en charge, les échanges entre médecins et le suivi des patients. Les prises de rendez-vous sont ainsi plus rapides et le parcours patient optimisé. «Cette unité de lieu nous permet de proposer un parcours patient privilégié, souligne le Pr Pierre Mansat. Cela facilite les réunions multidisciplinaires, les discussions et la mise en place de consultations qui profitent avant tout à nos patients»

Un plateau technique moderne et complet 

La CUS dispose du plateau d’explorations fonctionnelles à l’exercice le plus développé sur le territoire de la région Occitanie Ouest, offrant la possibilité de mener une variété de tests, dont certains dans des conditions qualifiées d’extrêmes (hypoxie par exemple).  Les équipements de tests sont accessibles aux personnes en fauteuil roulant. Leur adaptabilité permet également aux cyclistes de pouvoir effectuer leurs tests sur leur propre matériel.

Un accompagnement sur mesure pour chaque patient

La CUS est un centre de test agréé par la Direction régionale de la jeunesse et des sports et de la cohésion sociale pour l’accueil de sportifs de haut-niveau. Mais elle est aussi à même d’offrir à toute personne pratiquant une activité sportive une prise en charge globale, qui tienne compte de ses capacités physiques, de ses objectifs et des particularités du sport pratiqué.

L’accueil des sportifs en situation de handicap ou souffrant d’une pathologie

La CUS accueille régulièrement des sportifs en situation de handicap, dont les équipes toulousaines de Basket-fauteuil et de Rugby-fauteuil, et propose une variété de consultations adaptées à leurs demandes et à leur niveau de pratique.
La CUS accueille également des sportifs dans des contextes pathologiques aigus (fracture, claquage, tendinite…) ou d’évolution chronique (arthrose). Les médecins du sport travaillent alors en coordination avec les spécialistes impliqués et guident la reprise d’activité des sportifs. Les patients souffrant par exemple de pathologies rhumatologiques, cancéreuses ou auto-immunes, d’insuffisance rénale, d’arthrose, de lombalgies ou d’hémophilie, tout comme les personnes en phase post-opératoire, peuvent bénéficier de conseils adaptés et d’un programme de ré-entraînement établi sur mesure, et compatible avec leur état de santé.

De l’enseignement à la recherche hospitalo-universitaire

En parallèle des activités médicales, la CUS assure, en tant que centre hospitalo-universitaire, toutes les activités d’enseignement de la médecine du sport sur le territoire de la région Occitanie Ouest. Formation initiale ou formation continue : c’est au CHU et donc à la CUS que les médecins du sport, tout comme les paramédicaux intéressés par cette discipline, trouvent les cursus et les outils d’enseignement dédiés à l’enseignement de la médecine du sport.
La recherche est une autre activité essentielle des praticiens médicaux de la CUS. Comme dans tout établissement hospitalo-universitaire, cette facette dédiée à l’approfondissement des connaissances soutient et nourrit les activités cliniques. Vieillissement, asthme, dopage, pathologies rhumatologiques et bien d’autres sont autant de contextes dans lesquels il est important de préciser les impacts et les mécanismes de l’effet lié à la pratique d’une activité physique. Pour ce faire, la CUS s’est associée à 5 laboratoires de recherche tous accrédités par le CNRS et/ou l’INSERM.
Les praticiens de la CUS encadrent des thèses universitaires, des masters et des travaux de recherche multidisciplinaire. Il existe également des partenariats avec des acteurs locaux (CREPS, F2SMH), nationaux mais aussi internationaux (universités étrangères notamment en Chine et aux États-Unis).
Pour en savoir plus :
Inauguration de la clinique universitaire du sport du CHU de Toulouse 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.