Toulouse : l’emblématique Dôme La Grave transformé en espace culturel

Symbole de Toulouse, le grand Dôme Saint-Joseph de La Grave du XIX siècle qui surplombe la Garonne du haut de ses 51m va connaître une nouvelle vie en se transformant en un espace culturel au cœur d’une nouvelle promenade sur les rives du fleuve. Ce projet fait partie d’un programme de reconversion d’ampleur du site de la Grave et de l’Institut Claudius Regaud.
Symbole de Toulouse, le grand Dôme Saint-Joseph de La Grave du XIX siècle qui surplombe la Garonne du haut de ses 51m va connaître une nouvelle vie en se transformant en un espace culturel au cœur d’une nouvelle promenade sur les rives du fleuve. Ce projet fait partie d’un programme de reconversion d’ampleur du site de la Grave et de l’Institut Claudius Regaud.
Berceau de l’histoire hospitalière de Toulouse, le site de la Grave regroupe deux entités distinctes, l’hôpital La Grave du XVIe, le long des berges de la Garonne et l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques du XIIe siècle, l’un des patrimoines historiques les plus prestigieux de la ville rose. Les Toulousains sont particulièrement attachés à ce site, lieu de mémoire et repère cardinal d’une métropole en plein essor. Propriétaire de ce patrimoine prestigieux, le CHU de Toulouse a signé un protocole de transfert de gestion du CHU à la Ville en décembre 2015. Il concerne une partie des espaces verts publics du site de la Grave et le dôme Saint-Joseph de La Grave.
Premier acte fort et visible, une nouvelle liaison douce paysagère et qualitative s’ouvrira aux Toulousains sur un axe « Abattoirs – Jardin Raymond VI – Dôme de La Grave et son jardin – Port Viguerie » dans le cadre de la politique d’aménagement des quais de la Garonne conduite par la Ville de Toulouse. S’intégrant dans ce projet, le Dôme aura pour vocation, après deux années de travaux, à accueillir dans les prochaines années un espace culturel. Il s’agit là d’une belle valorisation du site et qui contribue à le désenclaver et à l’ouvrir à nos concitoyens.
Cession de l’Institut Claudius Regaud (ICR) au développeur-constructeurKaufman & Broad
Les anciens locaux de l’Institut Claudius Regaud (ICR), Centre de lutte contre le cancer, sont situés 20 rue du Pont Saint-Pierre. A l’origine en 1923, un modeste bâtiment de deux étages fut construit permettant l’installation du Centre régional anti-cancéreux (CRAC) sur un terrain situé face au carré historique. A la suite du déménagement des équipes de l’ICR à l’Oncopole en 2014, les locaux sont aujourd’hui partiellement occupés par « La Cité de la Santé ». L’ICR et le CHU de Toulouse sont copropriétaires de ce bâtiment. 
Compte tenu des contraintes budgétaires importantes assumées par les deux établissements, le CHU et l’ICR ont souhaité lancer un processus de mise en concurrence visant à céder leurs locaux rue du Pont Saint-Pierre. Cette consultation est organisée avec l’appui d’un assistant à maîtrise d’œuvre et en lien étroit avec l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) et les services de l’urbanisme de Toulouse Métropole. Elle a été lancée en décembre 2015.
Le processus est toujours en cours. Il a permis de retenir l’offre de rachat de Kaufman & Broad ; la promesse de vente est en cours de préparation. Compte tenu de la complexité et de l’ambition de ce type de cession, les locaux ne seront pas libérés avant au moins deux ans. En parallèle, une réflexion est menée par le CHU concernant le maintien d’activités de soins sur ce site.
Cette reconversion toulousaine rappelle celle de l’Hôtel-Dieu de Lyon lancée en 2009. Avec ces projets conduits sur des sites exceptionnels, c’est une page de l’histoire hospitalière qui se tourne.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.