Toulouse : l’emblématique Dôme La Grave transformé en espace culturel

Symbole de Toulouse, le grand Dôme Saint-Joseph de La Grave du XIX siècle qui surplombe la Garonne du haut de ses 51m va connaître une nouvelle vie en se transformant en un espace culturel au cœur d’une nouvelle promenade sur les rives du fleuve. Ce projet fait partie d’un programme de reconversion d’ampleur du site de la Grave et de l’Institut Claudius Regaud.
Symbole de Toulouse, le grand Dôme Saint-Joseph de La Grave du XIX siècle qui surplombe la Garonne du haut de ses 51m va connaître une nouvelle vie en se transformant en un espace culturel au cœur d’une nouvelle promenade sur les rives du fleuve. Ce projet fait partie d’un programme de reconversion d’ampleur du site de la Grave et de l’Institut Claudius Regaud.
Berceau de l’histoire hospitalière de Toulouse, le site de la Grave regroupe deux entités distinctes, l’hôpital La Grave du XVIe, le long des berges de la Garonne et l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques du XIIe siècle, l’un des patrimoines historiques les plus prestigieux de la ville rose. Les Toulousains sont particulièrement attachés à ce site, lieu de mémoire et repère cardinal d’une métropole en plein essor. Propriétaire de ce patrimoine prestigieux, le CHU de Toulouse a signé un protocole de transfert de gestion du CHU à la Ville en décembre 2015. Il concerne une partie des espaces verts publics du site de la Grave et le dôme Saint-Joseph de La Grave.
Premier acte fort et visible, une nouvelle liaison douce paysagère et qualitative s’ouvrira aux Toulousains sur un axe « Abattoirs – Jardin Raymond VI – Dôme de La Grave et son jardin – Port Viguerie » dans le cadre de la politique d’aménagement des quais de la Garonne conduite par la Ville de Toulouse. S’intégrant dans ce projet, le Dôme aura pour vocation, après deux années de travaux, à accueillir dans les prochaines années un espace culturel. Il s’agit là d’une belle valorisation du site et qui contribue à le désenclaver et à l’ouvrir à nos concitoyens.
Cession de l’Institut Claudius Regaud (ICR) au développeur-constructeurKaufman & Broad
Les anciens locaux de l’Institut Claudius Regaud (ICR), Centre de lutte contre le cancer, sont situés 20 rue du Pont Saint-Pierre. A l’origine en 1923, un modeste bâtiment de deux étages fut construit permettant l’installation du Centre régional anti-cancéreux (CRAC) sur un terrain situé face au carré historique. A la suite du déménagement des équipes de l’ICR à l’Oncopole en 2014, les locaux sont aujourd’hui partiellement occupés par « La Cité de la Santé ». L’ICR et le CHU de Toulouse sont copropriétaires de ce bâtiment. 
Compte tenu des contraintes budgétaires importantes assumées par les deux établissements, le CHU et l’ICR ont souhaité lancer un processus de mise en concurrence visant à céder leurs locaux rue du Pont Saint-Pierre. Cette consultation est organisée avec l’appui d’un assistant à maîtrise d’œuvre et en lien étroit avec l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) et les services de l’urbanisme de Toulouse Métropole. Elle a été lancée en décembre 2015.
Le processus est toujours en cours. Il a permis de retenir l’offre de rachat de Kaufman & Broad ; la promesse de vente est en cours de préparation. Compte tenu de la complexité et de l’ambition de ce type de cession, les locaux ne seront pas libérés avant au moins deux ans. En parallèle, une réflexion est menée par le CHU concernant le maintien d’activités de soins sur ce site.
Cette reconversion toulousaine rappelle celle de l’Hôtel-Dieu de Lyon lancée en 2009. Avec ces projets conduits sur des sites exceptionnels, c’est une page de l’histoire hospitalière qui se tourne.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.