Toulouse ouvre une nouvelle page de sa cardiologie

Installée à l’hôpital Rangueil, la Fédération de cardiologie du CHU toulousain redessine son organisation médicale et le découpage de ses unités de soins. Une nouvelle configuration qui contribue au rayonnement de ses équipes aux niveaux national et international.

Installée à l’hôpital Rangueil, la Fédération de cardiologie du CHU toulousain redessine son organisation médicale et le découpage de ses unités de soins. Une nouvelle configuration qui contribue au rayonnement de ses équipes aux niveaux national et international.
Répondre aux besoins de santé des patients du territoire et rendre plus lisible l’expertise du CHU de Toulouse dans tous les secteurs de pointe de la cardiologie, telle est l’ambition de ce programme de modernisation.
«La réorganisation a apporté une meilleure visibilité en raison notamment de l’émergence de beaucoup de surspécialités (coronaires et valves, insuffisance cardiaque, réanimation, rythmologie, hypertension artérielle…). Le regroupement favorise la liaison entre médecins et avec le personnel paramédical. Nous maîtrisons mieux les prises en charge, les protocoles, ce qui homogénéise le travail. La Fédération de cardiologie constitue l’autorité de décision. Elle garantit la responsabilité, fait face aux problèmes. C’est cela sa force», se félicite le Pr Didier Carrié.
Des lits supplémentaires et le développement de l’ambulatoire
Les unités d’hospitalisation «cardiologie A» et «cardiologie B», ainsi que le service d’hypertension artérielle, ont fait l’objet d’un nouveau découpage pour une prise en charge des patients par axe de pathologie et une répartition des médecins en fonction de leur compétence et surspécialité.
La restructuration est aussi quantitative en termes de lits et d’ouverture de secteurs, comme l’explique le Professeur Michel Galinier: «Nous avons eu la volonté de créer une unité d’hospitalisation de semaine de 12 lits ouverte du lundi matin au vendredi soir. Depuis le début du mois d’avril, un hôpital de jour mutualisé a ouvert ses portes, destiné à favoriser l’ambulatoire dans nos disciplines. Commune à tout le pôle, elle a une capacité d’une trentaine de lits et est partagée d’une part entre la diabétologie et la nutrition, et d’autre part la médecine vasculaire, l’hypertension artérielle et la cardiologie.»

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.