Toulouse relève le défi « Moi(s) sans tabac »

Stopper la cigarette pendant tout le mois de novembre. Voire plus longtemps. Tel est le défi lancé par l'hôpital Larrey de Toulouse. Des consultations seront ouvertes aux challengers entre le 8 novembre et le 9 décembre.
Stopper la cigarette pendant tout le mois de novembre. Voire plus longtemps. Tel est le défi lancé par l’hôpital Larrey de Toulouse. Des consultations seront ouvertes aux challengers entre le 8 novembre et le 9 décembre
Le CHU du Toulouse s’inscrit dans la campagne Moi(s) sans tabac lancé par le ministère des Affaires sociales et de la Santé. A l’hôpital Larrey, l’unité de coordination d’aide au sevrage tabagique accueillera les volontaires prêts à arrêter de fumer du 8 novembre au 9 décembre, le lundi et mardi matin de 8h30 à 12h, ou sur rendez-vous (en appelant le 05 67 77 17 43 entre 14h et 16h).
L’enjeu est d’inciter les fumeurs à stopper la cigarette durant le mois de novembre. Il s’agit aussi de donner une chance aux participants de réussir leur sevrage tabagique et de poursuivre l’arrêt du tabac au-delà d’un mois.
Parce que 60% des fumeurs souhaitent arrêter
Parce que 60% des fumeurs souhaitent arrêter de fumer mais n’y parviennent pas toujours. Parce que cesser de fumer pendant un mois, c’est 5 fois plus de chance de réussir à arrêter de fumer, rappelle la campagne ministérielle, qui encourage à participer à ce challenge. 
A cette occasion, chaque participant bénéficiera de 2 consultations. La première sera effectuée en groupe (d’environ 10 personnes) et comprendra une analyse du CO expiré (monoxyde de carbone), une prescription personnalisée en fonction du résultat du CO et du niveau de consommation, et les informations utiles pour réussir le sevrage tabagique. Une consultation individuelle d’évaluation également programmée après un mois d’arrêt du tabac.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.