Toulouse rend hommage au Professeur Louis Lareng, fondateur du SAMU

"La communauté hospitalière du CHU de Toulouse est endeuillée par le décès du Professeur Louis Lareng, cet infatigable travailleur, créateur et visionnaire, qui a porté au plus haut les couleurs de la médecine et de l’université. Le SAMU est indissociable du nom du Louis Lareng, qui symbolise à Toulouse, en France mais aussi à l’international, l’excellence de la médecine d’urgence." C'est en ces termes que Marc Penaud, Directeur général du CHU de Toulouse et le Professeur Laurent Schmitt, Président de la commission médicale d’établissement ont rendu hommage au grand hospitalier et humaniste décédé le 3 novembre 2019 à l’âge de 96 ans.

"La communauté hospitalière du CHU de Toulouse est endeuillée par le décès du Professeur Louis Lareng, cet infatigable travailleur, créateur et visionnaire, qui a porté au plus haut les couleurs de la médecine et de l’université. Le SAMU est indissociable du nom du Louis Lareng, qui symbolise à Toulouse, en France mais aussi à l’international, l’excellence de la médecine d’urgence." C’est en ces termes que Marc Penaud, Directeur général du CHU de Toulouse et le Professeur Laurent Schmitt, Président de la commission médicale d’établissement ont rendu hommage au grand hospitalier et humaniste décédé le 3 novembre 2019 à l’âge de 96 ans. 
Avec fougue, ténacité, sens de l’innovation – son engagement en faveur de la télémédecine en est un autre exemple – le Professeur Lareng a su faire tomber les murs de l’hôpital et transporter les hospitaliers (médecins et soignants) au « pied de l’arbre » pour prendre soin des accidentés, des blessés et des personnes en détresse vitale.
Dans un communiqué l’établissement retrace la carrière d’un grand visionnaire.
Louis Lareng avec son parler rocailleux était originaire d’Ayzac-Ost dans les Hautes-Pyrénées. Diplômé Docteur en médecine le 17 janvier 1955 à Toulouse, il y fera toute sa carrière. Il est Assistant d’anesthésie des Hôpitaux en 1955 puis Maître de conférence agrégé d’Anesthésiologie en 1962. En mai 1968 à Toulouse, la première sortie du SAMU a lieu pour porter secours à des blessés sous sa direction. Le 16 juillet 1968, le SAMU 31 est officiellement créé par le Conseil d’administration du CHU et devient ainsi le premier SAMU reconnu en France. Le 1er octobre 1969, Louis Lareng est nommé par décret du président de la République Professeur titulaire d’Anesthésie-Réanimation. En 1980, il prend la responsabilité de l’Unité d’admission et d’orientation des malades relevant de l’urgence chirurgicale (CATU). « Retraité » de la fonction publique hospitalière en 1992, il s’est impliqué avec passion dans le développement de la télémédecine.
Président de la fédération Nationale de la Protection Civile de 1991 à 2009, il a œuvré pour son développement et son rayonnement. Il a été aussi le premier Président de l’Université Toulouse III-Paul Sabatier. Le Professeur Louis Lareng était Grand Officier de la Légion d’Honneur, Officier de l’Ordre National du Mérite et Commandeur de l’Ordre des Palmes académiques. Au-delà de son parcours exceptionnel, c’est un homme très attachant que nous saluons, qui a consacré sa vie aux autres.
"Au nom de l’ensemble de la communauté hospitalière, nous présentons à son épouse, à ses enfants, ses proches, ses amis, ses élèves et toute l’équipe du SAMU, nos sincères condoléances."
Hommage des 3 chefs de service du SAMU 31 qui ont succédé au Professeur Lareng
« Au-delà de son parcours exceptionnel et de sa personnalité si attachante, je souhaite saluer le visionnaire qui inspira tant d’innovations en santé, jusqu’au bout d’une riche carrière. Nous sommes tous un peu orphelins aujourd’hui. » Pr Vincent Bounes, chef de service du SAMU 31

« Mon maitre, le Pr Louis Lareng, a été un visionnaire créant le premier SAMU en 1968 à Toulouse puis en développant la télémédecine. Et bien d’autres choses … Et il a tout fait pour que ce concept de SAMU se développe en France comme dans le monde entier. Il a été pour un grand nombre d’entre nous un exemple de dévouement au service public hospitalier. Il a écrit la plus belle page de la médecine d’urgence. » Dr Jean-Louis Ducassé, ancien chef de service du SAMU 31
« Avant même d’avoir été le « père fondateur » du SAMU, Louis Lareng, professeur d’Anesthésiologie a mis en place, au début des années 1960, la discipline Anesthésie dans les hôpitaux de Toulouse et son enseignement. Simultanément il lance la réanimation au bloc Lassen et les transports inter-hospitaliers médicalisés pour y amener les malades de la région. 1968 est pour lui une année marquante avec le démarrage officiel du SAMU puis son élection comme président de l’Université Paul Sabatier. Il ne cessera dès lors d’élargir son champ d’activités, grâce à sa « compétence relationnelle » qui lui permet de surmonter différents et conflits socio-professionnels et d’imposer sa vision d’une égalité d’accès aux soins au plus grand nombre de patients. C’est le message que nous avons reçu et essaierons de transmettre aux plus jeunes. » Pr Christian Virenque, ancien chef de service du SAMU 31

Sur le même sujet

1er SAMU de France, le SAMU 31 célèbre ses 50 ans
Toulouse, patrie du SAMU, célèbre son cinquantenaire

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.