Tour de France : consultation avancée du chef de la radiologie du CHU en camion médicalisé

Chutes, contusions, le système ostéo-articulaire des 198 coureurs du Tour de France est mis à rude épreuve tout au long des 3 404 kilomètres. Pour diagnostique et traiter les blessures au plus près et au plus vite, la caravane du Tour compte désormais un camion de plus, un rutilant poids lourd transformé en centre médical mobile. Du 5 au 7 juillet 2013, le Professeur Nicolas Sans, chef du pôle imagerie médicale du CHU de Toulouse a rejoint l’équipe des soignants présents en permanence sur le Tour et traité une vingtaine de blessés.

Chutes, contusions, le système ostéo-articulaire des 198 coureurs du Tour de France est mis à rude épreuve tout au long des 3 404 kilomètres. Pour diagnostique et traiter les blessures au plus près et au plus vite,  la caravane du Tour compte désormais un camion de plus, un rutilant poids lourd transformé en centre médical mobile.  Du 5 au 7 juillet 2013, le Professeur Nicolas Sans, chef du pôle imagerie médicale du CHU de Toulouse a rejoint l’équipe des soignants présents en permanence sur le Tour et traité une vingtaine de blessés. Véritable laboratoire ambulant, le 16 tonnes transporte une salle de la radiologie high tech isolée par quatre tonnes de plomb, un échographe haut de gamme, un matériel d’urgence et de réanimation et une unité de soins avec deux lits électriques séparés par un rideau mobile.
"Nous avons apporté  l’expertise des différents radiologues tous spécialisés dans la pathologie musculo-squelettique chez les sportifs de haut niveaux !" confie le Pr Sans à l’issue de la 7ème étape. Le spécialiste toulousain se souviendra longtemps de cette garde hors du commun.
Quant aux coureurs ils apprécient la présence de ce centre de soins spécialisé, roulant à leurs côtés ; une proximité qui leur évite de longs et pénibles transferts vers les urgences des hôpitaux et leur accorde un temps de récupération augmenté et optimisé.
 
Le concept du centre médical mobile d’imagerie a été imaginé  par Louis Ramel, technicien en radiologie à la retraite et participant à de multiple reprise au Paris-Dakar où le concept à pris forme.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.