Tour de France : consultation avancée du chef de la radiologie du CHU en camion médicalisé

Chutes, contusions, le système ostéo-articulaire des 198 coureurs du Tour de France est mis à rude épreuve tout au long des 3 404 kilomètres. Pour diagnostique et traiter les blessures au plus près et au plus vite, la caravane du Tour compte désormais un camion de plus, un rutilant poids lourd transformé en centre médical mobile. Du 5 au 7 juillet 2013, le Professeur Nicolas Sans, chef du pôle imagerie médicale du CHU de Toulouse a rejoint l’équipe des soignants présents en permanence sur le Tour et traité une vingtaine de blessés.

Chutes, contusions, le système ostéo-articulaire des 198 coureurs du Tour de France est mis à rude épreuve tout au long des 3 404 kilomètres. Pour diagnostique et traiter les blessures au plus près et au plus vite,  la caravane du Tour compte désormais un camion de plus, un rutilant poids lourd transformé en centre médical mobile.  Du 5 au 7 juillet 2013, le Professeur Nicolas Sans, chef du pôle imagerie médicale du CHU de Toulouse a rejoint l’équipe des soignants présents en permanence sur le Tour et traité une vingtaine de blessés. Véritable laboratoire ambulant, le 16 tonnes transporte une salle de la radiologie high tech isolée par quatre tonnes de plomb, un échographe haut de gamme, un matériel d’urgence et de réanimation et une unité de soins avec deux lits électriques séparés par un rideau mobile.
"Nous avons apporté  l’expertise des différents radiologues tous spécialisés dans la pathologie musculo-squelettique chez les sportifs de haut niveaux !" confie le Pr Sans à l’issue de la 7ème étape. Le spécialiste toulousain se souviendra longtemps de cette garde hors du commun.
Quant aux coureurs ils apprécient la présence de ce centre de soins spécialisé, roulant à leurs côtés ; une proximité qui leur évite de longs et pénibles transferts vers les urgences des hôpitaux et leur accorde un temps de récupération augmenté et optimisé.
 
Le concept du centre médical mobile d’imagerie a été imaginé  par Louis Ramel, technicien en radiologie à la retraite et participant à de multiple reprise au Paris-Dakar où le concept à pris forme.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.