Tours à l’équilibre

Le CHRU de Tours clôt son exercice 2012 avec un résultat d’exploitation 2012 à l'équilibre, représentant 0,15% des produits d’exploitation, soit 862.463,23 € pour le compte de résultat principal du CHU, pour un total des produits de 578.772.346€.

Le CHRU de Tours clôt son exercice 2012 avec un résultat d’exploitation 2012 à l’équilibre, représentant 0,15% des produits d’exploitation, soit 862.463,23 € pour le compte de résultat principal du CHU, pour un total des produits de 578.772.346€.

L’exercice 2012 a ainsi été marqué par une évolution globale des produits de +4%. Ces gains sont dûs à l’augmentation des ressources issues de l’Assurance maladie +2,4%, représentant 470.428.443€.

Ces ressources découlent
–  d’une meilleure valorisation des séjours de +4%, avec une activité de séjours et séances globalement en hausse de +1,6%, représentant 141.507 séjours et séances ;

-de la valorisation de l’activité externe, constiuée notamment des consultations et des actes effectués pour les patients non hospitalisés (actes CCAM, imagerie…), qui s’accroit également de 622.869€, soit +2,3%. Les consultations progressent aussi de 1,5% en valorisation, représentant 320.904 consultations;

Ces bons scores atténuent l’impact de la baisse des ressources allouées au titre de dotation des missions d’intérêt général et d’aide à la contractualisation et du fonds d’intervention régional de -1,46%.

Quant aux autres produits de l’activité hospitalière, qui ne sont pas à la charge de l’assurance maladie, ils sont en progression de +12,94%, représentant 36.560.041€. Les autres produits (mises à disposition de personnels, autres subventions d’exploitation, etc) sont en hausse de +11,5%, soit un total de 71.583.862€.
 
Parallèlement les charges ont connu une progression de 3,98% soit 577.909.883 € et tout particulièrement les charges à caractère médical qui s’élèvent à 121.943.368 € et augmentent de +8,20%
. La plus forte hausse concerne les produits pharmaceutiques en progression de +8,9% (soit 49.932.821 €), et les dispositifs médicaux de +7,9%, (soit 42.510.468€).

Les charges de personnel représentent 356.429.242 €, elles ont connu une hausse de +3,08% par rapport à 2011, avec une progression de +3,36% pour le personnel non médical (272.591.683€)et +2,19 % pour le personnel médical (83.837.560 €). Les effets d’intégration des mesures salariales et protocolaires s’ajoutent ainsi aux effets année pleine des recrutements de 2011, et aux créations de poste de 2012 (44,95 ETP non médicaux).

Les charges à caractère hôtelier et général sont en hausse de +7,9% (soit 42.510.468 €). Les principales évolutions portent sur les énergies  (+660.397€ soit +8%), les charges de maintenance et d’assurance.

En revanche,  les charges d’amortissement, de provision, financières et exceptionnelles diminuent de -1,56% et s’élèvent à 57.026.815 €.  Plusieurs effets se conjuguent. La dotation aux amortissements progresse de 4%. En revanche, les charges financières diminuent de 2,54%, et les dotations aux provisions diminuent également, certaines ressources étant traitées en produits constatés d’avance.

L’exercice 2012 a permis de dégager une capacité d’autofinancement de 36.201.308,68 €, en diminution de 3,38% par rapport à 2011.
Cette diminution traduit l’augmentation des reprises sur provision, et la diminution de leur dotation. En effet, dans le cadre des travaux préparatoires à la certification des comptes, il est apparu que des produits notifiés en 2012 au CHU correspondent en réalité à des produits constatés d’avance, pour les exercices ultérieurs. De ce fait, ils n’apparaissent plus dans les provisions du CHU.

Le CHU de Tours, doté de 2 020 lits, a vu son périmètre d’activité évoluer en 2012, avec la conversion de 34 lits d’EHPAD en SSR, pour atteindre 96 lits dans chacune des deux activités.
Les effectifs créés en 2012 s’élèvent à 44,95ETP en personnel non médical, 7,95 ETP pour le personnel médical (hors internes et étudiants) pour le budget principal.

A l’issue de cet exercice, le CHU de Tours travaille à la rénovation de son plan global de financement pluriannuel, afin d’intégrer les conséquences du projet d’établissement adopté par le Conseil de surveillance en décembre 2012.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.