Tours au service de tous les bébés du Centre-Val de Loire

Tours devient Centre Régional de Dépistage Néonatal (CRDN). Ce qui veut dire qu'en tant que référent, le CHU de Tours va coordonner les analyses effectuées par les maternités de la région afin de diagnostiquer au plus tôt 5 pathologies sévères qui affectent la santé de l’enfant : la phénylcétonurie, l’hypothyroïdie congénitale, la mucoviscidose, l’hyperplasie congénitale des surrénales (pour les enfants nés à partir de trente-deux semaines d’aménorrhée), la drépanocytose (pour les nouveau-nés présentant un risque particulier de développer la maladie). En région Centre-Val de Loire, 30 000 bébés bénéficient chaque année de ce dépistage précoce.
Tours devient Centre Régional de Dépistage Néonatal (CRDN). Ce qui veut dire qu’en tant que référent, le CHU de Tours va coordonner les analyses effectuées par les maternités de la région afin de diagnostiquer au plus tôt 5 pathologies sévères qui affectent la santé de l’enfant : la phénylcétonurie, l’hypothyroïdie congénitale, la mucoviscidose, l’hyperplasie congénitale des surrénales (pour les enfants nés à partir de trente-deux semaines d’aménorrhée), la drépanocytose (pour les nouveau-nés présentant un risque particulier de développer la maladie). En région Centre-Val de Loire, 30 000 bébés bénéficient chaque année de ce dépistage précoce.
L’enjeu : prévenir la survenue de complications sévères, limiter la gravité de ces maladies par la prescription de traitements.
En pratique, au troisième jour de vie, quelques gouttes de sang sont prélevées au nouveau-né et déposées sur un buvard. Collecté au niveau régional, ce buvard sera transmis au Centre Régional de Dépistage Néonatal, service désormais intégré au Pôle de Biologie Médicale du CHU de Tours, au sein du Laboratoire de Médecine Nucléaire dirigé par le Dr Diane Dufour.
Les missions du CRDN
• Informer et former les professionnels de santé responsables du prélèvement sanguin sur buvard, en coopération avec les réseaux de santé en périnatalité
• Fournir le matériel nécessaire au dépistage aux maternités et services accueillant des nouveau-nés (buvard, flyer d’information, enveloppe de transport)
• Réceptionner, vérifier l’exhaustivité et la conformité des buvards, puis les enregistrer
• Réaliser les examens de biologie médicale et valider les résultats
• Communiquer les résultats du dépistage néonatal aux maternités, services accueillant les nouveau-nés ou professionnels ayant réalisé le prélèvement
• Organiser l’étape de confirmation diagnostique
• Assurer le suivi du dépistage néonatal

Chiffres clés

L’activité de dépistage néonatal en région Centre Val de Loire représente en moyenne :
• 30.000 buvards chaque année,
• soit 120.000 analyses.
En 2017, en région Centre-Val de Loire, les dépistages suivants ont pu être réalisés :
• 4 cas de phénylcétonurie
• 5 cas d’hypothyroïdie congénitale
• 1 cas d’hyperplasie congénitale des surrénales
• 15 cas de mucoviscidose
• 9 cas de drépanocytose
En savoir plus sur l’organisation du dépistage en France

Le programme de dépistage néonatal s’adresse à tous les nouveau-nés qui naissent en France, dans le but de détecter certaines maladies, dont la fréquence est rare dans la population française. En France, 800.000 nouveau-nés bénéficient de ces examens de dépistage chaque année. Depuis 1972, près de 30 millions de nouveau-nés ont bénéficié de ce programme de dépistage systématique. A partir du 1er mars 2018, le dépistage est assuré par des Centres Régionaux de Dépistage Néonatal (CRDN) rattachés à des hôpitaux. Un appel à projets a été lancé par chaque ARS afin de désigner l’établissement porteur du CRDN pour chaque région.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.