Tours coordonne un nouveau réseau national de recherche clinique en pédiatrie

Le Professeur Régis Hankard, PUPH au CHU de Tours, coordonne le nouveau réseau PEDSTART qui vise à promouvoir la mise en place d’essais thérapeutiques en pédiatrie afin d'améliorer les traitement chez les enfants.
Le Professeur Régis Hankard, PUPH au CHU de Tours, coordonne le nouveau réseau PEDSTART qui vise à promouvoir la mise en place d’essais thérapeutiques en pédiatrie afin d’améliorer les traitement chez les enfants.
Réaliser des essais thérapeutiques chez l’enfant reste difficile, notamment en raison d’une prévalence moindre des maladies ou encore de considérations éthiques. De leur côté, les industriels ne développent pas toujours des formulations spécifiques et adaptées aux enfants. Aussi les équipes soignantes utilisent-elles dans près de 50% des cas des traitements chez les enfants qui n’ont pas pu être testés au préalable chez eux.

Changer radicalement le paysage de la recherche clinique 

Pour mettre un terme à cette situation, le Professeur Régis Hankard, PUPH à Tours, coordonne depuis début 2018 le réseau national de recherche clinique pédiatrique appelé PEDSTART, dont la mission est d’animer le réseau des centres experts nationaux à l’échelle Européenne, de promouvoir et valoriser la mise en place d’essais thérapeutiques en pédiatrie et de garantir un label de qualité au sein de ce réseau d’excellence.
PEDSTART regroupe 7 centres d’investigation clinique (CIC) experts Inserm (Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Paris Necker, Paris R. Debré, Toulouse) qui seront rejoints par 8 autres dans les mois à venir (Amiens, Brest, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Marseille, Montpellier, Rennes). Il comprend également deux réseaux de recherche en Pédiatrie : HUGOPEREN, réseau fédératif de recherche pédiatrique dans la région Universitaire Grand-Ouest, également coordonné par Tours, et le RIPPS, réseau d’Investigation pédiatrique des produits de santé, coordonné par Lyon, spécialisé dans les maladies neurologiques et neuromusculaires.
Le réseau PEDSTART a obtenu dès janvier 2018 une labellisation Inserm F-CRIN (French Clinical Research Infrastructure Network), dont la mission principale est de promouvoir la recherche clinique française au niveau international.

Une présence internationale 

PEDSTART est le partenaire français d’un projet d’envergure en Europe de près de 140 millions d’euros. Le réseau européen « Conect4Children » appelé c4c pour « Collaborative Network for European Clinical Trials for Children », qui a aussi vu le jour en 2018, a pour objectif de faciliter le développement de nouveaux traitements et autres thérapies pour tous les âges de la pédiatrie en Europe. Les essais cliniques seront organisés et réalisés par une approche globale en mettant autour de la table dès le début du projet : les chercheurs, les industriels, les enfants et leurs parents et avec des liens privilégiés avec les autorités réglementaires.

Ce réseau européen regroupe 43 partenaires académiques et industriels (Universités, hôpitaux, organismes nationaux de recherche, associations de patients, laboratoires pharmaceutiques), plus de 50 tierces parties et près de 500 partenaires affiliés issus de 19 pays européens. Il s’agit d’un projet IMI2 (Innovative Medicine Initiative) associant à parts égales académiques et industriels.
Ce réseau européen devrait permettre de favoriser des essais de haute qualité dans des délais raisonnables (et réduits), y compris sur des maladies rares. La structuration nationale pionnière en Europe sera le point de départ de l’organisation de réseaux nationaux dans chacun des 18 autres pays participants. PEDSTART pilote à ce titre pour c4c un groupe de travail et organise un meeting réunissant les 19 pays dès septembre à Paris.
Comme l’explique le Pr Régis Hankard : « La création de ce réseau Européen est une opportunité de faire évoluer l’organisation de la recherche clinique en Pédiatrie. Travailler avec d’autres pays nous pousse à dépasser nos propres limites. Le réseau permettra de donner accès à des médicaments plus efficaces chez l’enfant et de répondre à l’évolution de la médecine et des nouvelles thérapeutiques. La France a un rôle majeur à jouer. »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.