Tours héberge la collection de l’étude nationale ESTEBAN conduite par l’InVS

Service rattaché à la Plateforme Recherche du CHRU, le Centre de Ressources Biologiques de Touraine (CRB-T) aide les investigateurs locaux à mener des projets de recherche, dès lors qu’une préparation ou une conservation d’échantillons biologiques est nécessaire. Le CRB-T intervient aussi dans des projets construits par des équipes scientifiques extérieures au CHRU. C’est dans ce cadre que le service a répondu à un appel d’offres de l’Institut de Veille Sanitaire

Service rattaché à la Plateforme Recherche du CHRU, le Centre de Ressources Biologiques de Touraine (CRB-T) aide les investigateurs locaux à mener des projets de recherche, dès lors qu’une préparation ou une conservation d’échantillons biologiques est nécessaire. Le CRB-T intervient aussi dans des projets construits par des équipes scientifiques extérieures au CHRU. C’est dans ce cadre que le service a répondu à un appel d’offres de l’Institut de Veille Sanitaire qui recherchait un prestataire d’hébergement de la collection d’échantillons constituée dans le cadre de l’étude ESTEBAN : Etude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition afin de connaître les facteurs de risque et de protection, et d’orienter les actions de prévention et de santé publique.
La collection va inclure des échantillons dérivés du sang ainsi que des urines et des cheveux recueillis sur près de 5 000 personnes, adultes et enfants. La conservation se fera à température ambiante pour les cheveux et à -80°C pour les autres produits. Cela représente un total de 358 000 échantillons, soit un volume estimé de 30 congélateurs.
Après l’étude des propositions des différents postulants, le CRB de Touraine a été retenu. La préparation des échantillons se fera en amont de leur arrivée au CRB-T ; le personnel aura pour mission de gérer les entrées et sorties des échantillons ainsi que leur traçabilité complète pour connaître l’état du stock en temps réel. L’ensemble du projet est prévu sur 4 ans.
 
Le CRB-T a pu se positionner sur cet ambitieux projet national grâce à un soutien institutionnel fort. La mise en place est en cours avec l’aide des directions fonctionnelles impliquées dans ce projet : la direction des achats, des équipements et de la logistique, les services techniques, le service informatique et la direction du personnel et des affaires sociales.
Pour en savoir plus sur ESTEBAN
Esteban est une nouvelle étude nationale, qui porte sur plusieurs aspects de la santé : l’exposition à certaines substances de l’environnement, l’alimentation, l’activité physique et certaines maladies chroniques ou facteurs de risque (diabète, allergies, maladies respiratoires, hypertension artérielle, hypercholestérolémie…). Portée par le ministère des Affaires sociales et de la Santé et le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, elle est réalisée par l’Institut de veille sanitaire (InVS). Esteban est menée en France métropolitaine auprès d’un échantillon de 4 000 adultes âgés de 18 à 74 ans et 1 000 enfants âgés de 6 à 17 ans.
http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Environnement-et-sante/Esteban

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.