Tours : modèle d’association entre le CHU et les hôpitaux supports de GHT

Pionnier, Tours a organisé en 2016 les premières Conférences Hospitalo-Universitaires du Centre-Val de Loire réunissant les responsables médicaux des 5 Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) de la région* et les coordonnateurs universitaires de leur discipline. Objectif : renforcer les liens pour concevoir ensemble une stratégie de groupe. Ces rencontres ont débouché sur des conventions d’association CHU –GHT (2017) et sur la préparation du Plan Régional de Santé 2.
Pionnier, Tours a organisé en 2016 les premières Conférences Hospitalo-Universitaires du Centre-Val de Loire réunissant les responsables médicaux des 5 Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) de la région* et les coordonnateurs universitaires de leur discipline. Objectif :  renforcer les liens pour concevoir ensemble une stratégie de groupe. Ces rencontres ont débouché sur des conventions d’association CHU –GHT (2017) et sur la préparation du Plan Régional de Santé 2.
Les travaux se sont poursuivis lors de la 3ème Conférence du 14 au 18 mai 2018. 140 médecins représentant 15 disciplines* ont planché avec leurs référents hospitalo-universitaires sur l’organisation des filières de soins vers les spécialités et le recours, l’élaboration d’une gestion prévisionnelle de la démographie médicale, les politiques régionales de formation médicale et de recherche clinique.
Les 5 GHTs ont partagé leurs actions par discipline et présenté des exemples de consultations avancées en neurochirurgie et en chirurgie pédiatrique, de télémédecine comme la téléAVC avec Châteauroux et la télé EEG, toutes deux en fort développement depuis 2016, d’activités de recours du CHR d’Orléans et du CHU de Tours, également centres de référence et de compétences Maladies rares. L’importance des réunions de concertations pluridisciplinaires et staffs communs a été soulignée. Elles permettent aux médecins d’entretenir des liens réguliers avec les équipes médicales de la région. Quant aux jeunes médecins il a été rappelé qu’ils ne songent à s’installer dans un établissement de santé que s’ils y sont allés en tant qu’internes (voire étudiants) et s’ils conservent des contacts avec leurs confrères, d’où l’intérêt de ces réunions.

Une recherche à l’échelle des GHT

Durant cette rencontre la Délégation à La Recherche Clinique et l’Innovation (DRCI) Centre-Val de Loire a présenté ses missions de diffusion des appels d’offres recherche, d’aide au montage des projets de recherche, de promotion, de pharmacovigilance des essais cliniques, de gestion des données et des bio statistiques, de conseil en valorisation et expertise en évaluation médicoéconomique. Elle a diffusé le guide 2018 de l’investigateur en recherche clinique aux participants. En dehors des conférences, les directeurs chargés de la recherche de l’établissement support de GHT et les praticiens en charge de la coordination de la recherche clinique, représentants de chaque GHT se retrouvent depuis le 20 novembre 2017 au Comité de la Recherche Biomédicale en Santé publique (CRBSP) du CHU de Tours pour favoriser la collaboration des équipes médicales régionales et de faire converger leur politique en matière de recherche clinique. 
Vis-à-vis des GHTs de sa région, le CHU de Tours est doté d’une double responsabilité. Il est l’établissement support du GHT de son département, tout comme le sont les hôpitaux d’Orléans, Bourges, Châteauroux, Blois et Chartres et il est également, le CHU associé par convention aux projets médicaux de chacun de ces GHT.
_______
*GHT du Loiret avec le CHR d’Orléans pour établissement support, le GHT du Cher avec le CH Jacques Coeur de Bourges en support, le GHT de l’Indre avec le CH de Châteauroux – Le Blanc en support, le GHT de Loir-et-Cher avec le CH de Blois en support, et le GHT Touraine-Val de Loire avec le CHU de Tours pour support.
**Les 15 disciplines à l’étude
> Anesthésie-réanimation / médecine intensive-réanimation
> Cancérologie (oncologie, hématologie)
> Gériatrie
> Gynécologie-obstétrique / gynécologie médicale
> Hépato-gastro-entérologie
> Médecine interne
> Neurologie
> Ophtalmologie
> Orthopédie traumatologie
> Pédiatrie
> Pneumologie et Chirurgie thoracique 
> Psychiatrie-Addictologie adultes
> Pédopsychiatrie
> Radiologie et imagerie médicale
> Médecine d’urgences (adultes et pédiatriques)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.