Du 20 février au 1er mai, opération « Arrondi à l’€ supérieur » au CHU de Tours. L’établissement invite les consommateurs des cafétérias/boutiques Relais H de ses sites de Trousseau, Bretonneau et Clocheville à accomplir un geste de générosité pour financer son projet d’ouverture d’un Espace Usagers. Le principe est simple. Lors de sa dépense, le client pourra choisir de ne pas percevoir les centimes d’euros de sa monnaie qui iront au Fonds de dotation.
Du 20 février au 1er mai, opération « Arrondi à l’€ supérieur » au CHU de Tours. L’établissement invite les consommateurs des cafétérias/boutiques Relais H de ses sites de Trousseau, Bretonneau et Clocheville à accomplir un geste de générosité pour financer son projet d’ouverture d’un Espace Usagers. Le principe est simple. Lors de sa dépense, le client pourra choisir de ne pas percevoir les centimes d’euros de sa monnaie qui iront au Fonds de dotation. Ainsi sur 3€ versés pour un achat de 2,85€, le client qui décide d’arrondir son paiement à 3€ effectue  un « microdon » en soutien au projet du CHU. Cette initiative représente une première étape forte de la stratégie de partenariat développée par le nouveau Fonds de dotation. 
L’Espace Usagers de Bretonneau : plus d’échange et de proximité pour mieux vivre les soins au quotidien
L’Espace Usagers, espace d’accueil, d’écoute, d’échange et d’information pour les usagers et leurs proches sera aménagé dans le hall de l’hôpital Bretonneau. Dans ce local adapté à la confidentialité des rencontres, patients et leurs familles aborderont, en dehors des services de soins, des thèmes très divers et parfois cruciaux comme l’accompagnement en fin de vie, les maladies nosocomiales, les rendez-vous avec une assistante sociale, l’équipement internet dans les chambres…. Ce temps d’échange permet d’harmoniser les relations entre les usagers et l’établissement. Animé par le Forum des associations d’usagers du CHU deux demi-journées par semaine, l’Espace Usagers ne bénéficie malheureusement pas de lieu adapté pour recevoir du public.
Le fonds de dotation : un accélérateur de projets portés par les mécènes
Le CHU de Tours est désormais structuré pour percevoir les dons, donations et legs provenant d’entreprises, d’associations ou de particuliers qui souhaitent manifester leur attachement à l’hôpital public. Il a créé un Fonds de dotation en septembre 2016 pour soutenir les projets améliorant l’accueil, la prise en charge, la qualité des soins et les conditions de vie au travail au CHU de Tours. Ce Fonds est régi par la loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008. Reconnu d’intérêt général, chaque don effectué au profit du Fonds de dotation du CHU de Tours bénéficie des avantages fiscaux en vigueur.
Pour les particuliers, cela correspond à 66 % du montant du don dans la limite de 20 % du montant imposable (article 200 du code général des impôts).
Pour les entreprises, cela correspond à une réduction d’impôt à hauteur de 60 % du montant du don dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires annuel HT (article 238 bis du code général des impôts).
Il est aussi possible de remplir un formulaire disponible en ligne sur www.chu-tours.fr/mecenat et d’’accompagner son don par un chèque libellé à l’ordre du Fonds de dotation du CHU de Tours. Le tout doit être envoyé à l’adresse suivante : Fonds de dotation du CHU de Tours – 2 boulevard Tonnellé – 37044 Tours Cedex 09.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.