Traitement de la douleur chronique : une publication nantaise dans Nature

Le Pr Jean-Paul N’Guyen et le Dr Julien Nizard ont publié dans la revue Nature un article sur le traitement de la douleur chronique par les techniques de stimulation des neurones.

Le Pr Jean-Paul N’Guyen et le Dr Julien Nizard (service de neurochirurgie et centre de d’évaluation et de traitement de la douleur) ont publié en décembre dernier dans la revue Nature un point sur la prise en charge des douleurs neuropathiques réfractaires (chroniques et rebelles aux traitements) par les techniques de stimulation cérébrale invasives et non invasives.
Les douleurs chroniques sont traitées en première intention à l’aide d’antalgiques associés à des médicaments d’action centrale (antidépresseurs, antiépileptiques, anesthésiques locaux) et à une approche physique (kinésithérapie, ostéopathie, acupuncture, relaxation) et psychocorporelle.
En seconde intention interviennent les techniques de stimulation qui reposent sur le contrôle de la transmission des influx douloureux au cortex par la stimulation des fibres « antidouleur » naturellement présentes dans l’organisme. Selon l’origine et la nature du syndrome douloureux, plusieurs techniques sont utilisées : la stimulation transcutanée (pose d’électrodes de stimulation sur la peau, près de la zone douloureuse) ; la stimulation médullaire (implantation par voie chirurgicale d’un stimulateur au contact des cordones postérieurs de la moelle) ; la stimulation cérébrale (cérébrale profonde ou du cortex moteur) ; la stimulation périnerveuse (stimulation du grand nerf occipital, du nerf pudendal…).
La stimulation magnétique transcrânienne répétitive (rTMS – voir aussi ci-dessous) ouvre des perspectives intéressantes. Elle consiste à appliquer des impulsions magnétiques indolores à travers la paroi crânienne pour provoquer l’apparition de courants électriques dans la zone cérébrale située juste au-dessous.
Les patients bénéficient habituellement d’une dizaine de séances de 30 minutes pratiquées en ambulatoire par deux praticiens du centre de traitement de la douleur, les Drs Edwige de Chauvigny et Marion Helbert. 
L’équipe nantaise développe l’utilisation de la rTMS en recherche clinique et en thérapeutique quotidienne, dans la prise en charge de syndromes douloureux chroniques rebelles aux traitements habituels, de la dépression réfractaire, de la dystonie, de la spasticité, et du handicap d’origine neurologique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.