Traitement de la douleur chronique : une publication nantaise dans Nature

Le Pr Jean-Paul N’Guyen et le Dr Julien Nizard ont publié dans la revue Nature un article sur le traitement de la douleur chronique par les techniques de stimulation des neurones.

Le Pr Jean-Paul N’Guyen et le Dr Julien Nizard (service de neurochirurgie et centre de d’évaluation et de traitement de la douleur) ont publié en décembre dernier dans la revue Nature un point sur la prise en charge des douleurs neuropathiques réfractaires (chroniques et rebelles aux traitements) par les techniques de stimulation cérébrale invasives et non invasives.
Les douleurs chroniques sont traitées en première intention à l’aide d’antalgiques associés à des médicaments d’action centrale (antidépresseurs, antiépileptiques, anesthésiques locaux) et à une approche physique (kinésithérapie, ostéopathie, acupuncture, relaxation) et psychocorporelle.
En seconde intention interviennent les techniques de stimulation qui reposent sur le contrôle de la transmission des influx douloureux au cortex par la stimulation des fibres « antidouleur » naturellement présentes dans l’organisme. Selon l’origine et la nature du syndrome douloureux, plusieurs techniques sont utilisées : la stimulation transcutanée (pose d’électrodes de stimulation sur la peau, près de la zone douloureuse) ; la stimulation médullaire (implantation par voie chirurgicale d’un stimulateur au contact des cordones postérieurs de la moelle) ; la stimulation cérébrale (cérébrale profonde ou du cortex moteur) ; la stimulation périnerveuse (stimulation du grand nerf occipital, du nerf pudendal…).
La stimulation magnétique transcrânienne répétitive (rTMS – voir aussi ci-dessous) ouvre des perspectives intéressantes. Elle consiste à appliquer des impulsions magnétiques indolores à travers la paroi crânienne pour provoquer l’apparition de courants électriques dans la zone cérébrale située juste au-dessous.
Les patients bénéficient habituellement d’une dizaine de séances de 30 minutes pratiquées en ambulatoire par deux praticiens du centre de traitement de la douleur, les Drs Edwige de Chauvigny et Marion Helbert. 
L’équipe nantaise développe l’utilisation de la rTMS en recherche clinique et en thérapeutique quotidienne, dans la prise en charge de syndromes douloureux chroniques rebelles aux traitements habituels, de la dépression réfractaire, de la dystonie, de la spasticité, et du handicap d’origine neurologique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.