Traitement de la douleur : le CHU de Bordeaux classé «Excellent»

Le magazine L'Express* vient de publier son 1er classement des hôpitaux en France qui traitent le mieux la douleur. Sur une échelle de A (=Excellent) à E (=Médiocre), le CHU de Bordeaux obtient un A ! Ce résultat souligne le caractère prioritaire que le CHU de Bordeaux accorde à cet aspect fondamental de la qualité des soins.

Le magazine L’Express* vient de publier son 1er classement des hôpitaux en France qui traitent le mieux la douleur. Sur une échelle de A (=Excellent) à E (=Médiocre), le CHU de Bordeaux obtient un A ! Ce résultat souligne le caractère prioritaire que le CHU de Bordeaux accorde à cet aspect fondamental de la qualité des soins.

Pour la première fois, les hôpitaux français sont évalués sur la question de leur prise en charge de la douleur.
Ainsi l’hebdomadaire rappelle «qu’historiquement, dans notre pays, la souffrance du patient n’était pas un sujet : elle était considérée comme secondaire, voire accessoire, par les médecins et leurs collaborateurs. (…) On soignait d’abord, on traitait la douleur ensuite », reconnaissent les professionnels. (…) Aujourd’hui ces deux actions sont menées de front dans la plupart des établissements médicaux.»

Méthodologie
Un questionnaire détaillé a été envoyé à 1200 établissements publics et privés où, d’après les experts, la prise en charge de la douleur est indispensable. Selon les réponses données, ils ont été classés en différentes catégories, de la classe A à la classe E.
A noter : en Gironde, sur 34 établissements interrogés, seuls 4 ont obtenu un A.

Dans la catégorie des 71 CHR-CHU, le CHU de Bordeaux obtient un A(=Excellent). Cela signifie qu’il dispose :
– d’un CLUD (Comité de lutte antidouleur) : au CHU de Bordeaux, ce comité a été mis en place en 1998. Il est présidé par le Pr Bruno Brochet, chef du service neurologie.
– d’une structure de traitement de la douleur : le Centre Douleur Chronique du CHU de Bordeaux propose des prises en charge aux patients souffrant de douleurs chroniques. La file active, c’est-à-dire le nombre total de patients en cours de traitement, a été en 2008 de 1400 patients.
– d’une équipe de professionnels de la douleur. En 2008, plus de 10 % d’infirmières ont été formées au traitement de la douleur.
– de protocoles de prise en charge des douleurs induites par des soins élaborés en lien avec des référentiels professionnels.

L’EXPRESS N°3042 du 22 au 28 octobre 2009

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.