Traitement de l’obésité : le CHU de Bordeaux labellisé

Des français de plus en plus lourds : 15 % des personnes sont obèses et 32 % en surpoids*. Pour lutter contre cette épidémie, la médecine se spécialisée se personnalise. En Aquitaine où 16 % de la population adulte est obèse et 15 % des jeunes en surpoids ou obèses*, le CHU de Bordeaux dispose d’un centre spécialisé obésité Aquitaine-Nord labellisé où sont traités 1 000 patients adultes et 200 enfants chaque année.

Des français de plus en plus lourds : 15 % des personnes sont obèses et 32 % en surpoids*. Pour lutter contre cette épidémie, la médecine se spécialisée se personnalise. En Aquitaine où 16 % de la population adulte est obèse et 15 % des jeunes en surpoids ou obèses*, le CHU de Bordeaux dispose d’un centre spécialisé obésité Aquitaine-Nord labellisé où sont traités 1 000 patients adultes et 200 enfants chaque année.

Des soins et un suivi sur mesure
Au fil des ans le patient est accompagné et éduqué pour une perte de poids progressive et durable. Chaque semaine, 12 personnes souffrant d’obésité sont accueillies à l’hôpital Haut-Lévêque pour suivre une session éducative. La prise en charge débute par un bilan médical, un état des lieux et l’observation des mécanismes intimes à l’origine de la prise de poids. Le parcours de chaque patient est adapté à son mode de vie. A son écoute, une équipe pluridisciplinaire composée de médecins, psychologues, diététicien(e)s, infirmier(e)s, aides-soignant(e)s, kinésithérapeutes et enseignants en activité physique adaptée, socio-esthéticienne et assistante sociale. Les professionnels conçoivent son programme d’éducation thérapeutique en hospitalisation et lui proposent un suivi prolongé. Au-delà des examens médicaux, le malade bénéficie d’entretiens personnalisés, de groupes de parole, d’ateliers de cuisine, d’hygiène de vie, de socio-esthétique et d’activité physique quotidienne.
A l’issue de cette période, les patients seront revus soit une fois par semaine pendant 3 mois au Centre d’étude et de recherche en soins de l’obésité (Cerso), soit en évaluation tous les 3 mois pendant 1 an. Pour compléter cet accompagnement, un service de coaching au téléphone assure en fil rouge le suivi jusqu’à deux ans.
Le centre spécialisé obésité assure des consultations dédiées; il est doté d’un hôpital de semaine pour la prise en charge multidisciplinaire, d’un hôpital de jour pour la poursuite du suivi multidisciplinaire et d’un secteur conventionnel pour les patients avec complications majeures.
Témoignage d’un patient
En février 2010, je pesais 140 kg. J’ai perdu la moitié de mon poids en l’espace d’un an, confie-t-il. Si j’en suis arrivé là, ce n’est pas en suivant la recette miracle du dernier régime à la mode, mais grâce au suivi dont j’ai pu bénéficier dans le service d’endocrinologie de l’hôpital Haut-Lévêque du CHU de Bordeaux, qui propose une prise en charge complète de la maladie. Le but est d’obtenir des résultats durables dans le temps, en mettant en place des mesures hygiéno-diététiques. Un bon équilibre alimentaire ne suffit pas pour briser la spirale infernale de la surcharge pondérale. Il faut la compléter par des activités physiques adaptées. Telle est la vocation de l’association "Cekidis, le Cercle des Kilos Disparus".
Les spécificités des secteurs adultes et enfants
Le centre adulte, situé au coeur du service d’endocrinologie, nutrition, diabétologie et maladies métaboliques de l’hôpital Haut-Lévêque, groupe hospitalier Sud, est particulièrement spécialisé dans le traitement médical et chirurgical des obésités sévères ou complexes, ainsi que dans les formes plus rares d’obésité génétique.
Des collaborations ont été développées avec plusieurs services du CHU, notamment avec le service de chirurgie digestive et endocrinienne du Pr Collet, qui opère les cas les plus résistants (chirurgie bariatrique qui consiste à restreindre l’absorption des aliments), mais aussi avec les secteurs suivants : clinique du sommeil, pneumologie, génétique, gynécologie, chirurgie réparatrice, hépatologie… Cette pluridisciplinarité permet une prise en charge optimale et globale, en lien avec l’équipe du centre.
Le centre est également impliqué dans la recherche grâce à une collaboration avec l’équipe «Physiopathologiede la balance énergétique et obésité » dirigée par le Dr Daniela Cota au sein de l’unité INSERM U862 du neurocentre Magendie (contrat d’interface INSERM/CHU).
Infos pratiques
Dr Blandine Gatta-Cherifi
, responsable du centre
Tél : 05 57 65 60 78
L’hôpital des Enfants : les enfants et adolescents sont pris en charge dans l’unité d’endocrinologie
pédiatrique de l’hôpital des Enfants, en lien avec le RéPPOP Aquitaine (Réseau de Prévention et de Prise en charge de l’Obésité Pédiatrique), en consultation ou évaluation en hôpital de jour, ou en hospitalisation de 2 à 3 jours pour les situations les plus complexes. En cours d’hospitalisation, un diagnostic éducatif pluridisciplinaire est assuré par l’équipe pluridisciplinaire.
Infos pratiques
Pr Pascal Barat, responsable de l’unité d’endocrinologie pédiatrique
Tél consultation : 05 56 79 59 29
Tél unité d’endocrinologie : 05 56 79 56 32
Le réseau RéPPOP travaille en lien avec le centre spécialisé et propose une prise en charge de proximité avec le médecin traitant ou le pédiatre. Multidisciplinaire et concertée, cette prise en charge repose sur un suivi médical régulier par un médecin membre du RéPPOP. Le médecin fixe avec le patient des objectifs prioritaires de changements, réalistes et atteignables et détermine le suivi le mieux adapté.
Infos pratiques
Dr Hélène Thibault, coordinateur
Tél RéPPOP : 05 56 96 00 82
www.repop-aquitaine.org
Centre spécialisé obésité : données repères
Chaque année 500 consultations et 1000 patients adultes hospitalisés / 200 consultations et 200 hospitalisations pédiatriques.
Le centre remplit une mission d’harmonisation des  pratiques avec ses correspondants les structures publiques et privées implantées en Aquitaine Nord : Gironde, Dordogne et Lot et Garonne.
(*) Enquête ObEpi-Roche 2012

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.