Traitement de tumeurs par ultrasons focalisés de haute énergie

Le CHU de Bordeaux est le premier et le seul établissement de santé au monde à pouvoir faire bénéficier certains de ses patients du nouveau système de traitement par ultrasons permettant de détruire par échauffement une tumeur.

Le CHU de Bordeaux est le premier et le seul établissement de santé au monde à pouvoir faire bénéficier certains de ses patients du nouveau système de traitement par ultrasons permettant de détruire par échauffement une tumeur.

Cette technologie particulièrement innovante est utilisée avec succès depuis quelques mois au sein du service d’imagerie de l’hôpital Saint-André pour le traitement ambulatoire non invasif des fibromes utérins, tumeur non cancéreuse la plus fréquente chez les femmes en âge de procréer.

« Depuis novembre 2008, 7 patientes atteintes de fibromes utérins ont bénéficié de ce nouveau traitement. La procédure s’est déroulée dans de très bonnes conditions, sans anesthésie et avec une très faible quantité d’antalgique. Les patientes ainsi traitées ont pu rentrer chez elles le jour même et reprendre une activité normale dans les jours qui suivaient » Pr Hervé Trillaud, chef du service d’imagerie diagnostique et thérapeutique du Groupe Hospitalier Saint-André au CHU de Bordeaux

Ce nouvel équipement peut compléter, dans un avenir proche, les différentes options thérapeutiques actuellement disponibles : traitements médicamenteux (progestatifs, anti-inflammatoires non stéroïdiens…), myomectomie (ablation chirurgicale de fibromes utérins tout en conservant l’utérus), embolisation (obstruction des vaisseaux qui nourrissent le fibrome) et hystérectomie (ablation chirurgicale de l’utérus).

En 2008, en France 70 000 femmes environ ont du subir une hystérectomie.

-> Caractéristiques techniques et avantages du système

. Dispositif thérapeutique alliant l’imagerie par résonance magnétique à des ultrasons focalisés garantissant une grande précision (outil similaire à l’échographie, sous guidage IRM, permettant un très bon niveau de précision, entre 1 et 2 mm)

. Les échauffements produits permettent de détruire tout type de cellule, une lésion, une tumeur ou cautériser un vaisseau sanguin, sans endommager les tissus sains environnants

. Le + : les images de température sont utilisées par l’outil thérapeutique de façon automatisée

D’autres systèmes performants existent mais ce prototype conçu par Philips a deux particularités qui en font un équipement unique au monde : une sécurité accrue grâce à l’autorégulation (la machine s’arrête automatiquement si elle détecte un risque, une température suffisante…) et une précision renforcée grâce au chauffage volumétrique.
——————————————-

Historique / lancement du protocole de recherche

● En 1997, une réflexion est menée autour de l’IRM pour faire évoluer cet équipement vers la possibilité de traitement. Une coopération nait entre le CHU de Bordeaux, l’université Victor Segalen de Bordeaux 2, le CNRS et Philips. Le premier prototype est développé dans un laboratoire de recherche de Bordeaux 2 et plusieurs brevets sont déposés.

● Un prototype est alors créé et installé en décembre 2007 à l’hôpital Saint-André au sein du service d’imagerie.

● 18 novembre 2008 : 1er traitement de Fibrome utérin par ultrasons focalisés de haute énergie dans le cadre de ce protocole de recherche clinique.

Activité estimée au CHU de Bordeaux – Service d’imagerie médicale : A terme entre 50 et 100 patientes par an

Communiqué de presse du 04.05.09

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.