Traitement des AVC par téléassistance depuis le CHU de Dijon

Démonstration probante de l’efficacité de la télémédecine dans la réduction des disparités, le Réseau Bourguignon de la Télé-Fibrinolyse permet à 13 établissements, situés à plus de 150 km du CHU, de traiter dans un délai très court un patient souffrant d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) ischémique selon un protocole jusqu’alors réservé aux patients accueillis au CHU. Supervisé par l’Unité de Soins Intensifs Neuro-Vasculaire (USINV), l’urgentiste de Nevers, Sens ou Auxerre injecte par voie veineuse une molécule fibrinolytique qui va dissoudre le caillot obstruant l’artère cérébrale. Seul traitement efficace en cas d’infarctus cérébraux (90 % des cas) à condition d’être administré entre 1h et 4h30 après l'AVC. Grâce à la téléassistance, ce n’est plus le patient que l’on transfère en urgence mais l’expertise via le réseau.

Démonstration probante de l’efficacité de la télémédecine dans la réduction des disparités, le Réseau Bourguignon de la Télé-Fibrinolyse permet à 13 établissements, situés à plus de 150 km du CHU, de traiter dans un délai très court un patient souffrant d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) ischémique selon un protocole jusqu’alors réservé aux patients accueillis au CHU. Supervisé par l’Unité de Soins Intensifs Neuro-Vasculaire (USINV), l’urgentiste de Nevers, Sens ou Auxerre injecte par voie veineuse une molécule fibrinolytique qui va dissoudre le caillot obstruant l’artère cérébrale. Seul traitement efficace en cas d’infarctus cérébraux (90 % des cas) à condition d’être administré entre 1h et 4h30 après l’AVC. Grâce à la téléassistance, ce n’est plus le patient que l’on transfère en urgence mais l’expertise via le réseau.
Cette prise en charge d’hyper-urgence en établissement non universitaires n’est possible que sous 3 conditions :
– L’urgentiste doit avoir suivi une formation sur l’AVC et sur la Fibrinolyse au sein de sa région.
– Le neurologue de garde de l’USINV de Dijon doit échanger avec l’urgentiste et le patient par l’intermédiaire de la télémédecine et examiner en direct l’imagerie cérébrale.
– Le patient sera ensuite transféré dans une Unité de Soins Intensifs polyvalente du site requérant, ou être transféré vers l’USINV de Dijon. Les avantages immédiats de cette technique sont surtout au bénéfice du patient.
Avant la mise en place de ces plans, beaucoup de patients ne pouvaient bénéficier de ce traitement du fait d’un délai supérieur à 4h30.

En savoir plus sur le Réseau Bourguignon de Télé-Fibrinolyse

Cette nouvelle organisation est fondée sur les actes de télémédecine tels que définis dans le Décret du 19 octobre 2010 et sur le Plan AVC 2010-2014 et le Plan télémédecine 2011-2015
La réalisation d’une imagerie cérébrale, et surtout l’intervention de l’expert neurologue de garde au CHU étaient les principales limites de la mise en pratique de cette technique. Retenu et financé à hauteur de 800.000€, le Réseau Bourguignon de Télé-Fibrinolyse est un projet rédigé par le CHU et l’ARS en 2010, permettant à présent de fédérer autour du CHU 13 Hôpitaux Généraux n’ayant pas de neurologues de garde.  
La formation, la coordination et la standardisation de la Télé-Fibrinolyse en Bourgogne est assurée par le Dr M. Hervieu-Bègue, Assistante – Chef de Clinique en Neurologie au CHU de Dijon.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.